Comme vous l'avez certainement remarqué, nos composants essaient d'être moins énergivores qu'avant. DDR3L à basse tension, TDP réduit sur les CPU et GPU et alimentations au rendement certifié se sont bien intégrés au marché tout en proposant toujours des performances intéressantes. Ca n'empêche que nos machines de compet' bouffent des watts et ça a un impact sur la facture d'électricité. Chez Science et Avenir, ils se sont penchés sur une étude d'Evan Mills, publiée dans la revue Energy and Efficiency, pour voir ce qu'il en est de la consommation globale de nos machines.

 

En 2012, si seulement 2,5% des PC étaient des machines dédiées au jeu vidéo, ces derniers consommaient 20% de l'énergie de ce secteur. Si Tata Suzanne se contente d'une config réduite pour aller blablater sur son réseau social préféré, le gamer fait bien plus mal à son matos, surtout sur de longues sessions de jeu. Evan s'est donc intéressé aux économies d'énergie qui pourraient être faites sur le CPU, le GPU et la mémoire. Car au final, est-il vraiment nécessaire de faire péter un CrossFire X4 ou d'overclocker un Haswell-E pour faire tourner son jeu préféré ?

 

Pour porter son étude, Evans a monté cinq PC différents et les a soumis à des tests similaires à ceux que l'on peut retrouver sur les sites dédiés à cela (du genre nous et nos confrères quoi). De cette façon, il a pu obtenir un PC plus économe en énergie tout en ayant un rendu tout à fait correct en jeu (rendu qui ne conviendra certainement pas aux fans du mode Ultra Max HD Full Option of Death), il est même allé jusqu'à bidouiller les composants pour encore faire baisser la note. A la suite de ça, il a créé un site, GreenTheBeast, pour aider les joueurs à mieux choisir leur matos. Il se sert du Top 10 de PC Magazine pour comparer des configurations toutes prêtes en prenant en compte leur consommation au lieu de juste regarder laquelle est capable de balancer le plus de FPS. Un tableau regroupant un paquet de composants et montrant leur rapport consommation/performances obtenues est aussi disponible pour aider à choisir autrement.

 

La course à l'armement a un coût. Tout d'abord parce que les fleurons sont rarement donnés et parce qu'ils consomment souvent plus que des modèles plus discrets qui auraient aussi bien pu faire l'affaire. En 2012 (oui, ça date un peu), la consommation mondiale des PC de joueurs était évaluée à 75TWh/an, soit plus de 10 milliards d'euros. Sachant que depuis cette époque le nombre de ventes de PC gamer (surtout portables) a augmenté (malgré un marché en berne), il est estimé que 40% de la consommation sera du fait des joueurs en 2020. Ne serait-ce que calculer une consommation 10% moindre, accepter de jouer en "élevé" au lieu de tout pousser en "ultra" ou encore se contenter de 1080/1440p pourrait alors faire une grosse différence sur la note mondiale d'électricité. Seriez-vous prêts à ne pas faire tourner un jeu à fond de balle pour économiser en matos, en énergie et sauvegarder la planète ?

 

go green

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 137 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !

 

Test • GeFORCE GTX 1070 Ti

Tueuse de VEGA ?   En mai 2016, NVIDIA lançait son architecture Pascal destinée aux joueurs via un premier GPU, alias GP104. Deux cartes graphiques furent c...

 

Test • RADEON RX VEGA 56

Un VEGA 10 plus pertinent ?   Après avoir laissé NVIDIA seul maître du segment haut de gamme pendant près de 15 mois, AMD a enfin lancé mi-août son nouv...

 

Test • Intel Z370 / Core i7-8700K / i5-8400 / i3-8350K

Coffee Lake, l'anti Ryzen d'Intel ?   Durant les années 2000 et consécutivement à l'échec de Netburst, Intel a mis en place la stratégie du Tick Tock, co...