Pour une histoire qui traîne, en voici une bien longue. Elle commence en septembre, avec la signature de la vente - sous réserve juridique - de la division mémoire de Toshiba à Bain Capital, un consortium comprenant entre autre SK Hynix, Apple, ou encore Dell et Seagate. Même le début n'a pas été facile, l'affaire ayant déjà brassé de nombreux remous, autant dans la difficulté de la vente que dans le choix de l'acheteur.

 

Sept mois plus tard, la transaction d'un coquet montant de 18,9 milliards de dollars n'est toujours pas effectuée. En cause ? Les autorité chinoises, qui seraient toujours à l'heure actuelle en train d'étudier le dossier pour une question de lois anti-monopoles, alors que la date limite de l'accord tombe ce 31 mars. Raison officielle tout du moins, car il est plus que probable que l'Empire du Milieu voit d'un mauvais œil cette transaction, le taïwanais Foxconn étant sur la liste des potentiels racheteurs.

 

Sauf que les prévisions concernant le cours de la NAND pour 2018 sont assez optimistes, c'est pourquoi Toshiba serait en train de réexaminer en interne son offre, certains actionnaires penchant pour la méthode du retrait (de l'offre !) en faveur d'une introduction en bourse de la branche afin de spéculer lever les fonds nécessaires. A plus long terme, la demande induite par les serveurs et centres de données feraient de la fabrique de puces une activité bien juteuse. (Source : Reuters via DigiTimes

 

 

toshiba logo2

 La vente de la division mémoire de Toshiba pourrait bien être une nouvelle fois retardée à cause de difficultés administratives en Chine. 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 3 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !