Le titre est évidemment exagéré (le jeu de mots nous tendait ses bras...), mais comme très souvent durant de tels événements, la bourse ne manque jamais le coche pour jouer au jeu de l’émotion, et avec l'histoire des failles de sécurité de Meltdown et Spectre toujours à la Une, vous vous en doutez bien que certaines courbes n'ont pas manqué de hoqueter quelque peu.

Initialement en première ligne, Intel avait tout d'abord connu une baisse de 6,19% dans la foulée, pour en arriver à -3,32% actuellement; AMD de son côté en a profité pour reprendre un peu du poil de la bête, son action (habituellement volatile, précisons-le) ayant prise 5,19% en valeur depuis; NVIDIA, dont personne n'a vraiment parlé jusqu’à présent, mais un concurrent d'Intel sur bien des domaines a vu son action grimper de 6,58% depuis la dernière fermeture; enfin, IBM a similairement gagné 2,75%, pile-poil depuis la publication en demi-teinte des trouvailles.

 

intel meltdown market watch

 

amd meltdown market watch

 

Évidemment, en chiffres purs, ces différences ne paraissent pas énormes - dans le cas d'AMD l'on parle ici de quelques centimes de valeur en plus - surtout sur un marché sujet régulièrement à des hauts et de bas. Néanmoins, si ces tendances devaient s'accentuer, pas mal d'argent pourrait éventuellement être perdu... ou gagné, selon l’intéressé. Gageons que les évolutions en rapport aux failles de sécurité (et la façon dont elles sont gérées publiquement), au fur et mesure du développement de la situation, ne manqueront pas d'afficher leurs petits effets visuellement sur les courbes respectives.

 

ibm meltdown effect market watch

 

nvidia meltdown effect market watch

 

Un autre détail vient par ailleurs entacher cette affaire déjà assez cornue, puisqu'il s'est avéré que le CEO d'Intel Brian Krzanich aurait vendu en novembre dernier, une partie de ses actions Intel pour une transaction avoisinant les 39 millions de dollars (un montant qui ne prend pas en compte le coût d'achat). Il est important de noter que la vente a été effectuée sous couvert d'une opération régulée par l'article 10b5-1, justement établie par le SEC (US Securities and Exchange Commission) afin d'encadrer et d'éviter les délits d’initié.

 

Hélas, le timing n'aide pas vraiment à laver Brian de tous soupçons, étant donné que l'adoption du 10b5-1 et la prévente des actions avaient été effectuées le 30 octobre 2017, soit un mois avant la vente définitive des actions. Des allégations auxquels Intel a logiquement réagi en affirmant que cette vente n'avait rien à avoir avec la publication planifiée des failles. Il faut savoir que les vulnérabilités Meltdown et Spectre sont apparemment connues depuis juin 2017, alors que les travaux de corrections n'ont commencé qu'en novembre dernier, pour en arriver à aujourd'hui et toute la cacophonie multidirectionnelle qui va avec ! (Source : MarketWatch)

 

intel ceo brian kzarnich

"Trois fois rien j'vous dis !"

 Un petit aperçu des réactions de la bourse aux failles Meltdown et Spectre !  

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 12 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !