Imprimer

• OCZ Agility (120 Go)

Comment se distinguer des autres constructeurs de SSD lorsque l'on dispose du même contrôleur, en l'occurence l'excellent Indilinx Barefoot? OCZ a eu pour cela deux idées, le Vertex Turbo que vous retrouverez testé ici même et l'Agility. Le principe de ce dernier est simple, remplacer les excellentes mais couteuses puces MLC 50nm Samsung par des concurrentes moins chères afin d'abaisser le coût du ticket d'entrée pour un SSD Barefoot. Nous testons ici la version 120 Go, notez toute de même qu'il n'existe pas 8 Go de moins sur les modèles 120 par rapport à ceux de la concurrence annonçant 128, OCZ est plus transparent sur la capacité réelle c'est tout!

 

Esthétiquement, l'OCZ Agility rensemble comme 2 gouttes d'eau  aux autres modèles OCZ, c'est à dire un boitier métallique noir en face supérieure et une plaque couleur aluminium côté inférieur. Sur la première une étiquette verte rappelle le constructeur et la gamme, sur la seconde, une étiquette rappellant les précautions d'emploi et les références du produit. On distingue enfin et tout naturellement le connecteur SATA en face inférieure, l'Agility employant une interface de ce type à 300 Mo/s.

 

recto - OCZ agility 120Go [cliquer pour agrandir] verso - OCZ agility 120Go [cliquer pour agrandir] recto pcb - OCZ agility 120Go [cliquer pour agrandir] verso pcb - OCZ agility 120Go [cliquer pour agrandir]

Cliquez pour agrandir

 

Coté PCB, on retrouve 16 puces MLC du tandem Intel/Micron de 8 Go (réparties sur les 2 faces) pour atteindre la capacité annoncée de 128 Go (120 réels). Il est d'ailleurs amusant de constater que cet OCZ Agility utilise des puces Micon alors que Crucial filiale de ce même Micron emploie des puces Samsung pour ses M225! Le contrôleur Barefoot d'Indilinx répond bien présent à l'appel, épaulé par pas moins de 64 Mo de cache externe via une puce Elpida.

 

Voilà pour la description physique de cet OCZ Agility, qu'en est-il des premiers enseignements tirés de HDTune et CrystalDiskmark ? Le firmware utilisé (1.4) est bien le dernier en date, il permet la prise en charge du TRIM via un petit utilitaire (Wiper) fourni pour Windows XP/Vista en 32 et 64 bits ou nativement avec Linux/Seven. Au niveau des performances, elles sont du même ordre que les autres Barefoot en lecture séquentielle, mais un ton en dessous pour l'écriture même si elles restent très correctes...

 

crystaldiskmark- OCZ agility 120Go [cliquer pour agrandir] HDtune info - OCZ agility 120Go [cliquer pour agrandir] HDtune read - OCZ agility 120Go [cliquer pour agrandir] HDtune write - OCZ agility 120Go [cliquer pour agrandir]

Cliquez pour agrandir

 

IOMeter nous permet de confirmer les premières impressions, la courbe de lecture séquentielle est excellente l'Agility n'a pas grand chose à envier aux Barefoot à MLC Samsung à ce niveau. En lecture aléatoire le différentiel s'accroit légèrement mais rien de très significatif, les puces du tandem Intel/Micron sélectionnées ne pénalisent pas beaucoup cet Agility à ce niveau. Notons par contre la "cassure" dans la progression avec des fichiers de 128 et 256 Ko, elle provient à priori du contrôleur puisque les Barefoot "Samsung" subissent exactement la même.

 

En écriture séquentielle, la courbe colle de près à celle des Barefoot à puces Samsung, le maximum est un ton en dessous mais là encore rien de dramatique on reste à des niveaux très comparables. Terminons avec la courbe d'écriture aléatoire, comparée aux autres Barefoot on se retrouve à nouveau très proche, l'Agility s'en sort finalement très bien face à ses cousins partageant le même contrôleur.

 

 

courbes lecture écriture IOmeter - OCZ agility 120Go [cliquer pour agrandir]

Cliquez pour resserrer l'échelle sur les 8 premiers Ko

 

Les résultats plus pratiques simulés par PCMark Vantage sont corrects, l'Agility finissant la plupart du temps à des niveaux similaires aux Barefoot Samsung et lorsque ce n'est pas le cas, l'écart est limité. Côté fragmentation, après notre séance de torture on se retrouve avec des pertes maximales abysale de l'ordre de 90% en écriture séquentielle soit bien plus que les clones à puces Samsung, rappelons que cette situation est provoquée artificiellement par un test très spécifique et de manière continue et soutenue. De plus OCZ a eut la bonne idée de mettre à disposition un firmware gérant le TRIM permettant ainsi lorsqu'il est invoqué par l'OS ou l'utilitaire Wiper de restaurer un bon niveau de performance.

 

récapitulatif des performances- OCZ agility 120Go [cliquer pour agrandir] impact de la fragmentation- OCZ agility 120Go [cliquer pour agrandir]

Cliquez pour agrandir

 

 

• Bilan

Notre verdict concernant ce SSD est plutôt positif puisqu'il est complet avec des débits très corrects à tous niveaux et qu'il permet de gagner environ 10% sur le ticket d'entrée du Barefoot chez OCZ au prix d'une très légère dégradation des performances.Bref que du bon? En fait reste un point gênant, OCZ n'est pas le seul sur le marché à proposer du Barefoot et l'on retrouve chez la concurrence des clones à puces MLC Samsung (équivalent à l'OCZ Vertex) légèrement plus performant pour moins cher.

 

Bref l'intérêt de ce SSD résidera surtout pour les fans de la marque qui veulent accéder à ce type de SSD en limitant la dépense, en conséquence nous n'attribuons que 2 étoiles à cet OCZ Agility, qui sans démériter paie quelque peu une marge trop importante à notre avis de son constructeur sur ce type de produit très concurrentiel.

 

note - OCZ agility 120Go

Retour au Comparatif SSD

Plus d'infos avec le comptoir de l'info


Les Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !