Samsung annonce avoir développé une nouvelle méthode pour augmenter la durée de vie et l'efficacité de DELs Quantum Dots autoémissives, un bon point en direction d'une éventuelle commercialisation. C'est une équipe menée par Dr. Eunjoon Jang (Samsung) et Dr Yu-Ho Won (chercheur chez Samsung Advanced Institute of Technology) qui a réussi à améliorer la structure des Quantum Dots fabriqués à partir de phosphure d'indium - un composé inorganique utilisé en microélectrique et considéré comme étant plus respectueux de l'environnement.

La nouvelle structure proposée par l'équipe permettrait d'éviter l'oxydation du noyau et apporte une coque épaisse et symétrique autour de celui-ci afin d'éviter les fuites d'énergie. Enfin, le ligand sur la surface de la coque a été raccourci pour permettre une absorption plus rapide du courant électrique. Ainsi, l'efficacité aurait plus précisément été améliorée de 21,4 % et la durée de vie des diodes accrus d'environ un million d'heures, selon Samsung.

 

samsung c49hg90dmu vesa displayhdr 600

 

Néanmoins, ce dernier n'a pas donné de date pour une commercialisation, mais rappelle que la compagnie possède déjà plus de 170 brevets portant sur les QLEDs et qu'elle poursuivra sa recherche de nouvelles technologies pour assurer son leadership sur le marché de l'affichage d'écran. En tout cas, il ne faudrait pas espérer une commercialisation imminente d'écrans équipés de Quantum Dots autoémissifs, de nombreux obstacles étant à prendre en compte pour y parvenir. Par exemple, le travail de recherche tente notamment d'éviter l'usage de cadmium - dont la malléabilité et l'intégrité en font pourtant une source de lumière parfaite - car toxique pour l'humain, tandis que les matériaux alternatifs moins dangereux, tels que le phosphure d'indium utilisé ici, sont encore loin d'en égaler les performances.

Certes, les écrans QLED de Samsung sur le marché aujourd'hui se passent déjà de cadmium, mais se contentent encore d'un film Quantum Dots posé sur une dalle LCD traditionnelle et rétroéclairée. Samsung ne compte pas lâcher l'affaire pour autant et a déjà annoncé vouloir investir massivement en faveur des écrans QLEDs, à hauteur de 11 milliards de dollars d'ici à 2025.

 

A priori, un premier produit s'inspirant de la technologie présentée ci-dessus devrait apparaitre courant 2021, mais cela se ferait alors autour d'une dalle OLED compatible Quantum Dots, exploitant un matériau organique comme source de lumière et un film Quantum Dots, un mélange nommé QD-OLED et plus proche de la technologie AMOLED pour les smartphones du coréen ou encore des TV OLED de LG. En supposant que Samsung arrive à maintenir le cap vers une dalle QLED autoémissive, on peut raisonnablement penser qu'il faille au moins attendre 2025 avant d'arriver à quelque chose de concret (et d'abordable), en sachant que le géant coréen concentre également beaucoup d'effort sur le développement de la technologie MicroLED, déjà présentée par le constructeur comme étant la meilleure technologie d'affichage. Évidemment, celle-ci également présente son lot de difficultés et de défis, notamment celui de la miniaturisation.

Pour l'anecdote, Samsung n'est en principe pas seul dans cette course pour la technologie QLED autoémissive; en 2017, le chinois Hisense avait lui aussi annoncé miser sur celle-ci plutôt que l'OLED.  (Source)

 

Roadmap Quantum Dots... [cliquer pour agrandir]

(Source de l'image)

 Comment avance l'affaire de la technologie de diodes Quantum Dots autoémissives du géant coréen ?  

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 15 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !