La dernière fois, nous avons détaillé comment écouter son morceau préféré de Patrick Sébastien Motörhead - parce que nous aimons le Hard après tout - sur sa belle mobale sans faire saigner les oreilles. Mais parfois, notre carte maman adorée n'est pas taillée comme il faut sur le plan musical, ou alors on veut mieux. Et pour faire mieux, on va évoquer le pourquoi du besoin  : 

 

Pourquoi les cartes son externes sonnent (nettement) mieux que les modules embarqués sur les mobales ?

 

hard du hard

Retrouvez d'autres épisodes du hardos à la dure made in comptoir :

 

Et comme d'habitude, ce ne sera pas une histoire de Hertz et de Bits...

Car si on s'arrêtait aux données techniques fournies par les fabricants de cartes mères, nous avons le droit à de bonnes caractéristiques : fréquences au top version studio haut de gamme, dynamique élevée, son HD 32 bits 7.2 ultra-wide ... Bref, le pipotron classique, mais bien vendeur dont le marketing est très friand. Comme nous l'avons décrit cependant, certains fabricants fournissent des efforts impressionnants niveau hard du hard et réalisent des circuits analogiques propres. Mais dans tout ça, malgré toute la motivation à faire de leur mieux, ils ne peuvent résoudre des problèmes majeurs : 

  • Du fait du manque de place, les composants ne peuvent être suffisamment surdimensionnés ou nombreux pour améliorer la qualité du signal sonore
  • toujours par manque de place, les composants sont trop rapprochés d'éléments pouvant générer des parasites : bobines/selfs, oscillateurs, carte Wi-Fi...
  • les circuits se retrouvent dans le boitier PC, et donc proches de l'alimentation centrale. Celle-ci produisant de fortes perturbations EM (électromagnétiques), le circuit se retrouve avec des bruits de fond désagréables.

 

asus z370 supremefx

Aaaah qu'est-ce qu'on est serré sur cette carte, chantent les condos, chantent les condos !

 

On pourrait encore citer le fait que les puces sont souvent limitées, que les pistes de masses sont souvent mal gérées, que le raccordement avec les prises en façade est foireux ... Mais déjà, rien que ces 3 premiers points suffisent à tout changer. Sisi, ce n'est pas du pipeau : en sortant seulement la carte du PCB de la mobale, on peut corriger une énorme partie du problème.

 

Une carte son format GPU pour soigner les oreilles ?

Les cartes sons n'ont pas toujours été intégrées aux mobales. Pour les plus vieux d'entre nous, certains ont connu les fameuses et génialissimes Sound Blaster en format ISA. Bon, vous voulez que nous vous choquions ? Le principe n'a pas changé depuis cette époque. En gros : une interface ISA/PCI/PCIe pour microcontrôleur, un microcontrôleur qui se charge de l'encodage/décodage du son, des convertisseurs analogique/numérique - on reviendra dessus une autre fois - et enfin des circuits d'amplification analogique. Certes, les microcontrôleurs et convertisseurs ont évolué depuis, mais ça reste les seuls vrais changements.

 

creative labs ct2960 vibra 16c sound blaster isa sound card

Rhaaaa la nostalgie de cette bonne vieille Creative Sound Blaster CT2960...

 

Mais pourquoi est-ce mieux nous direz-nous ? Et bien c'est assez simple : sur un PCB aussi grand, on peut se permettre un design quasi parfait déjà : piste de masse en étoile - on y reviendra dans un autre épisode -, composants surdimensionnés pour garantir une distorsion la plus agréable que possible, des alimentations parfaitement régulées et des puces de meilleure qualité. Sans compter que du coup, nos entrées et sorties sont totalement séparées de la carte mère et risques moins d'être perturbées par des signaux numériques hautes fréquences : quasiment plus de risques de bips intempestifs dans nos casques gaming.

 

Voici deux exemples pour illustrer l'influence des distorsions : les deux sons de guitares sont autant distordus, mais le premier est plus agressif alors que le second est plus moelleux..

 

Par contre, il y a des limites dans tout ça. Premièrement, l’adaptation en carte PCIe demande une puce et une programmation dédiée, pouvant entraîner un surcoût inutile : pour analyser et diffuser du son, avoir des débits impressionnants et une connexion directe au processeur ne va pas vous apporter grand-chose. Bien sûr, dans certains cas, où l'on pratique l'enregistrement et la diffusion en direct avec zéro latence (comme la MAO) ça peut servir, mais le commun des fans de hardware n'en auront aucune utilité.

 

asus xonar essence stx unshield copie

 Sur cette ASUS Xonar Essence, on voit une plaque de cuivre épaisse se dresser. N'allez pas croire qu'elle blinde quoi que ce soit : elle ne sert qu'à fournir une masse quasi égale sur tout le PCB

 

Aussi, on vous vend parfois le blindage des puces ou des circuits, afin de limiter les parasites. Là encore, ne rêvez pas trop : déjà, si le blindage n'est pas en matériaux ferromagnétiques ou alliage magnétique (comme le mu-metal), aucun intérêt - désolé pour les amoureux de l’aluminium brossé. De plus, les blindages sont souvent de faible épaisseur : alors oui, ça va protéger des fréquences très élevées proche du Wi-Fi, mais ça ne limitera pas beaucoup la pénétration des basses fréquences produite par votre douce alimentation.

 

Et tels des princes charmants, les cartes son hors boitier viennent sauver votre audition

Ou tout du moins, vont pouvoir vous fournir la solution la plus efficace via votre bon vieux port USB - ou Thunderbolt, mais c'est encore rare. Mais ce n'est pas vraiment la connexion qui fait le boulot, c'est le fait que maintenant, votre carte son est libre niveau espace et arrangement. Et ça amène plein de bonnes choses - en particulier pour les amateurs de stream comme TomTom - en termes de qualité sonore : 

  • On peut réaliser des circuits libres en 3 dimensions. Ca permet de mettre les composants de la taille qu'on veut, et comme on l'a vu il y a quelques épisodes, plus c'est gros plus c'est bon.
  • En éloignant le boîtier de notre PC et donc de notre alimentation, antenne Wi-Fi, kit CPL... on s'éloigne des sources de perturbation EM. Et déjà, entre se trouver à 5cm d'une source EM ou à 1m de cette même source, vous réduisez fortement les perturbations. Et ne plus entendre la mer qui s'affole en bruit de fond d'un micro, c'est plutôt agréable !
  • On a la possibilité de mettre des entrées micro symétrique, réduisant le bruit de fond, et d'ajouter une petite alimentation fantom en plus (un +48V qui alimente certains micros). Avec des réglages de volume et de gain directement sur le boitier (parfois purement analogiques), on supprime le risque de distorsions hideuses parce que vous saturez votre pauvre entrée micro à rager sur des russes de 12 ans.

Mais dans cette histoire, le prince charmant fait payer très cher ses services. Les bonnes cartes sons externes valent très cher : on peut aller de 100€ pour un modèle d'entrée de gamme plus qu'efficace à du matériel de studio allant au-delà de 1000€. Certes, la voix de Lemmy qui gueule "Killed by Death" sera presque agréable, mais ça vous coûtera un bras. Et dans l'histoire, certains n'hésitent pas à abuser de marketing pour vendre des cartes sons externes pas forcément plus performantes, comme Creative.

 

scarlett solo left

Pour un coût largement accessible, cette Scarlett Solo de Focusrite prodigue un son de qualité avec une interface simple et efficace

 

Dernier gros avantage pour les musiciens : les cartes dédiées ont souvent des drivers optimisés pour réduire la latence de traitement. Ça permet d'obtenir un meilleur son en direct et de réduire les latences possibles. Malheureusement pour les autres, l'époque où l'on choisissait son driver sur les jeux et logiciels est fini. C'est bien dommage, car parfois ça change vraiment la qualité. Parfois aussi, il arrive à cause de la magie de la compatibilité du hard que votre carte son se déconnecte parce que Windows l'a décidé. Ce qui veut dire débrancher rebrancher votre carte son, relancer les programmes en cours...

 

Bon et dans tout ça, comment on fait son choix ?

Et bien comme d'habitude, tout dépend de vos besoins. Alors pour que ce soit simple et efficace, on va synthétiser tout ça via un petit tableau parce qu’au comptoir, nous vous aidons à faire le bon choix facilement tout en évitant de vous faire surchauffer la cervelle : 

 

Module sonStabilité driverQualité entrée MicroNB SortiesQualité sortie audioPrix conseillé
Mobale Forte Faible Élevé Faible

Intégré à la mobale

Carte PCIe Forte Moyen Faible Élevée 50 - 100€
Boitier externe Moyenne Élevée Élevé Élevée 100 - 250€

 

Bien sûr, tout ceci ne sont que des conseils. On pourra toujours trouver moins ou plus cher, selon vos besoins et vos capacités. Mais maintenant, vous saurez comment tirer le meilleur des sons avec votre PC. Par contre, nous n'avons pas de solution magique contre les hurlements stridents des gamins de 12 ans quand vous le tuez en boucle. Même dans le meilleur des systèmes son, ça vous procurera autant de saignement d'oreille.

 

fonk hardos pac

Photo d'un hardos heureux d'écouter correctement le son de sa guitare via son PC

 

Un nouveau format sur CDH ? Oui, ce hard du hard est destiné à venir ponctuellement vous faire la lumière sur les entrailles de vos machines. Cela n'a pas pour vocation d'aller autant dans le détail qu'un dans le cambouis, mais une évocation++ et de la démystification qui, si elle vous interpelle, pourra donner lieu à des articles plus poussés. Cela vous plaît ? Faites-le-nous savoir !

 Entre les cartes sons intégrées aux mobales, en cartes PCIe et boitiers externes, le comptoir vous débroussaille cette jungle 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 18 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !