Trois ans après Gears of War 4, voilà que Gears 5 (ouais, ils ont raccourci le nom) débarque sur PC et Xbox One en ce 6 septembre 2019. Et alors quoi de neuf dans cet opus qui n'est autre que la suite directe du 4e volet ? Excellente question mon cher Watson, et c'est sans tortiller du popotin qu'on va vous répondre. Déjà, si l'on en croit Rod Fergusson le boss du studio The Coalition en charge de développer le titre depuis GoW 4 (puisqu'avant cela c'était Epic Games, pour mémoire...), on pourra trouver des niveaux jusqu'à 50 fois plus grands que dans les précédents opus. Ensuite, le coop locale ou en ligne s'invite à la fête. Enfin, il est possible de jouer Jack, le robot de soutien, assez rigolo pour qu'on le souligne.

 

 

Sinon, d'un point de vue technique, on retrouve l'Unreal Engine 4 qui oeuvrait déjà sur le 4e volet de la saga, et pour savoir ce que le jeu a dans le bide, on a fait chauffer notre désormais célèbre RTX 2080 Gaming OC pour voir comment se comportait le jeu. Nous avons pour cela utilisé le benchmark intégré au jeu, répété plusieurs fois pour chaque preset en retenant le résultat médian. Et en causant presets, on a utilisé le Ultra, auquel on a ajouté les "textures ultra" disponibles en téléchargement séparément, qu'on a comparé au preset Faible (Low), le tout sur une définition 2160p 16/9. 4K UHD pour les intimes. Le résultat en vidéo, avec des performances dans la moyenne de l'UE4 et des graphismes variant un pwal plus que la moyenne entre les presets.

 

 

 De l'ultra haute définition pour tester Gears 5, avec un benchmark qui permet de comparer perf et graphismes. 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 12 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !