Voilà une nouvelle qui va ravir l'industrie du hardware et des périphériques associés : sièges gaming, mobos gaming, mulots gaming, moniteurs gaming, SSD gaming.... Il ne manque plus qu'AMD ou Intel lance des processeurs gravés à grands coups de gaming sur le heatspreader. Eh oui, l'info peut paraître surprenante d'autant que sur notre dernière brève concernant les dotations des tournois dans l'e-sport, quelques-uns d'entre vous avaient déjà du mal à considérer la discipline comme un sport à part entière. Vaste débat qui a presque autant de succès que le fameux "Les jeux vidéo font-ils partie de la culture", même si on parle depuis longtemps de niveau "professionnel" concernant le sport électronique.

 

dota 2 - the international 2014 [cliquer pour agrandir]

 

Le débat on le connaît déjà, et les arguments sont souvent recevables des deux côtés. Par exemple, d'un côté on a ceux qui considèrent qu'il faut nécessairement une activité physique pour être assimilé à un sport, ce à quoi d'autres répondent par des contre-exemples (les échecs sont notamment reconnus comme un sport par... le CIO !). Le golf et le tir à l'arc sont d'autres exemples qui montrent qu'un sport ce n'est pas que du physique, mais une autre question se pose alors, en rapport d'ailleurs avec les critères de sélection pour qu'un sport apparaisse aux JO : l'e-sport est-il trop récent pour intégrer une institution millénaire ? C'est à notre sens le seul critère qui pourrait coincer, étant donné que tout le reste est rempli (popularité, universalité, image, développement de la fédération, caractéristiques techniques...).

 

Mais alors si les critères sont remplis, l'e-sport pourrait quand même intégrer le programme des Jeux olympiques, nondidiou ? Ce n'est malheureusement pas aussi simple, c'est que ça prend du temps, les décisions, les débats, toussa... Quoi qu'il en soit, ce bon vieux Tony Estanguet (le gars a passé sa vie à ramer, regardez où ça l'a mené), coprésident du comité de candidature Paris 2024, relance le débat à un gros mois de la décision finale qui désignera le futur hôte des JO 2024, c'est-à-dire soit Paris soit Los Angeles, le 13 septembre prochain à Lima. L'autre question qui arrive dans la foulée, c'est est-ce qu'un ou plusieurs acteurs majeurs du hardware pourrai(en)t avoir du poids dans cette décision ? On vous laisse méditer là-dessus, ce n'est qu'une interrogation, ce n’est pas le Pérou.

 Tony Estanguet parle d'envisager l'intégration des jeux video compétitifs dans le cadre de la candidature Paris 2024 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 14 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !