Développer un moteur de jeu vidéo n'est pas à la portée de tout le monde. C'est pourquoi les créateurs de jeux qui ne pouvaient pas se le permettre devaient encore il y a peu se payer celui d'un autre, comme Unity ou Unreal Engine. Le modèle économique de ces engins a récemment changé pour devenir presque gratuit, avec des royalties à reverser en cas de succès d'un jeu, ce qui a offert plus de libertés aux studios. Amazon, forte de ses poches bien garnies, va encore plus loin avec son moteur Lumberyard qui est totalement gratuit.

 

Ce nouveau moteur est suffisamment évolué pour permettre de sortir du jeu AAA sur console ou PC, le tout en intégrant tout ce qu'il faut pour profiter des services Web d'Amazon et de Twitch. C'est le petit plus que vous ne trouverez pas chez le concurrent (en plus de la vraie gratuité). En intégrant Twitch, Amazon permet aux développeurs d'ouvrir de nouveaux horizons aux streamers et à leurs fans. Il sera par exemple possible d'intégrer le fil de discussion Twitch en jeu, d'inviter ou de défier un spectateur ou encore de mettre en place des outils permettant de contrôler le jeu depuis la plateforme de streaming, dans le genre de la folie Pokémon de 2014.

 

amazon lumberyard

 

Ne croyez tout de même pas que Amazon fait ça pour la beauté du geste. En même temps que leur annonce de Lumberyard, ils ont aussi présenté leur service GameLift. Cet outil permettra de déployer, gérer et mettre en place des sessions multijoueurs de jeux. En gros, la Mazone se crée son Steam en proposant un outil clefs en main aux développeurs, pour aller directement du producteur au consommateur en pouvant faire évoluer les choses en fonction des besoins. C'est ici que le géant fera son beurre avec $1,50 de frais pour 1000 utilisateurs actifs par jour en plus des frais pour les services Web proposés par Amazon (en option).

 

$1,50 pour 1000, ça ne semble pas énorme. Mais imaginez maintenant un jeu comme Battlefield qui arrive à connecter 150000 personnes sur une journée. Vous avez alors $2250 qui entrent dans la caisse, soit $67500 sur un mois (de 30 jours) et $821250 sur l'année. Pour une société qui n'a pas spécialement à s'inquiéter de ses finances, ça peut lui donner les moyens d'encore moins s'en soucier avec une mise de départ insignifiante à leur échelle. Il est certain que de gros groupes comme Electronic Arts n'iront pas chercher ce genre de solution chez Amazon, mais ça permet de mettre en perspective cette façon de financer le projet.

 

Le service GameLift n'est pour l'instant accessible qu'en Oregon et Virginie du Nord (USA) en attendant d'être ouvert à d'autres états (très prochainement). N'attendez pas ça pour demain en France, les services Web Amazon ayant déjà du mal à passer l'océan en ce qui concerne le streaming. Par contre pour Lumberyard, vous pouvez le télécharger dès aujourd'hui (10Go), accompagné de packs de textures, d'éléments, de décors et même d'un FPS prêt à l'usage (basé sur le CryEngine). Maintenant, si certains trouvaient que Valve devenait trop puissante dans le domaine du jeu vidéo, on aura bientôt le droit à un Amazon trop puissant dans pas mal de domaines accessibles depuis Internet.

 

 

Découvez les services Web Amazon, GameLift et téléchargez Lumberyard

Sur le comptoir, au même sujet

  
  
  
  
  

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 10 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !