Un peu plus tôt la semaine dernière, la Cour d'appel des États-Unis pour le circuit fédéral a annulé trois décisions prises par le PTAB (Patent Trial and Appeal Board, l'organisme de droit administratif de l'USPTO, l'équivalent US de l'INPI en France) dans trois affaires concernant trois brevets crée et déposé à l'époque par ATI Technologies (RIP), ensuite devenues la propriété d'AMD après le rachat de 2006. Le PTAB avait initialement donné raison à LG, l'autre protagoniste dans l'affaire, en rejetant les brevets d'ATI et établissant qu'ils reprenaient des concepts déjà semblables à ce qui se faisait sur le marché à cette époque-là avant d'être déposés - "too obvious in light of prior art" pour reprendre les termes exacts de leur décision. Plus spécifiquement, les brevets concernés sont numérotés 7 742 053, 6 897 871 et 7 327 369, tous trois nommés au cours de l'affaire simplement comme les brevets des shaders unifiés, étant donné qu'ils décrivent ce type de shader - l'union des pixels et vertex shaders - aujourd'hui au cœur de toutes les architectures APU/GPU modernes.

 

Un peu d'histoire et de nostalgie, on rappellera que les shaders unifiés ont véritablement faits leur début  sur PC en mai 2007 chez AMD avec le R600 (la famille HD 2900 XT/XTX/Pro/GT) et le G80 (la famille 8800 GTS/GTX/Ultra) de NVIDIA un peu plus tôt en novembre 2006, ce dans la foulée de l'introduction de DirectX10. Il va de soi qu'une perte de propriété aurait pu avoir de bien mauvaises conséquences pour AMD, notamment en permettant à d'autres entreprises de créer librement leurs propres solutions à partir des technologies décrites par ces brevets. Évidemment, c'est une chose qu'aucune compagnie ne souhaite subir et c'est aussi pourquoi AMD n'a pas hésité à poursuivre déjà en 2017 Vizio, Sigma Designs, MediaTek et LG devant la Commission du commerce international des États-Unis, avec succès dans tous les cas. Dernièrement, AMD s'est à nouveau lancé contre MediaTek pour de nouvelles violations de ses brevets.

 

Heureusement pour AMD, la Cour d'appel a trouvé que le PTAB avait bouclé l'affaire en jugeant mal l'aspect technique autour des brevets concernés, mais aussi en utilisant la mauvaise norme de diligence raisonnable et tout en ignorant des précédents déjà établis - pourtant avec la bénédiction de l'USPTO. Pour couronner le tout, LG Electronics lui-même aurait par la suite finalement concédé que le PTAB n'avait effectivement pas appliqué la bonne norme de diligence - le groupe s'était d'ailleurs retiré de la procédure d'appel.  Voilà, donc tout est bien qui finit bien pour AMD, pour le moment et en attendant la suite qui ne saurait trop tarder. Miam, les bastons super divertissantes à coup de brevets... (Source)

 

amd lg federal circuit reversed

 AMD bataille aussi sur tous les fronts pour protéger ses brevets, cette fois-ci encore avec succès face à LG et sur fond de brevets portant sur les shaders unifiés.  

Sur le comptoir, au même sujet

 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 10 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
zone limitée - permis de ragotage requisouverts aux ragoteurs logués