L'obsolescence programmée, c'est un secret de polichinelle : on se doute que les produits sont souvent optimisés pour fonctionner une dizaine d'années seulement, parfois moins, pour ensuite être remplacés. Si cela n'est parfois pas si dérangeant en raison de l'évolution galopante des standards (citons par exemple le passage à la TNT HD nécessitant un décodeur ou un nouveau téléviseur), la pratique est strictement illégale en France et constitue un délit depuis 2015.

 

Aujourd'hui, il s'agit d'une plainte déposée par l'association HOP (pour Halte à l’Obsolescence Programmée) concernant les principaux fabriquants d'imprimantes. Depuis deux ans, HIP HOP a constitué un dossier contre Epson (choisi uniquement par manque de moyens) via des tests maisons et des entretiens avec de professionnels. Si l'association ne se focalise pas que sur les appareils électroniques, les imprimantes représenteraient un exemple canonique de ce type de pratique.

Selon ce dossier, les cartouches seraient encore équipées de puces comptant le nombre de copies et se désactivant même s'il reste entre 20 et 40% d'encre à l'intérieur. En outre, la capacité du tampon absorbeur seraient uniquement estimée, les "pannes" étant donc prévues à l'avance, entraînant un blocage complet de l'appareil... y compris la fonction scanner, qui n'utilise pourtant pas d'encre ! Des logiciels libres permettent de passer outre ces limitations, ce qui témoigne en faveur d'une obsolescence voulue par le constructeur.

 

epson et 2500Epson n'est pas le seul concerné par la plainte : Canon ; HP et Brother sont aussi cités dans le dossier

 

Il y a peu, cette même association avait entamé une procédure contre Apple suite à l'aveux d'un throttling CPU des appareils de la firme en fonction de l'usure de la batterie (la firme ayant réagit depuis), rendant ainsi volontairement les appareils vétustes moins rapides qu'à leur achat. On souhaite que ces démarches ne se perdent pas dans le labyrinthe bureaucratique, car il y a pour sûr des sanctions à donner ! Cependant, l'enquête ne signifie en rien culpabilité de l'entreprise, il faudra donc attendre le verdict pour confirmer légalement ces pratiques. (Source : Reuters via Le Monde)

 Obsolescence programmée et tromperie : deux chefs d'accusation imputés à Epson concernant ses imprimantes, un juste coup de bâton contre des pratiques inadmissibles ? 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 56 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !