La neutralité du réseau (net) est un sujet dont on entendait grandement parler en Europe ces derniers temps, et pour cause, le règlement sur les télécommunications est un projet lancé en 2013 qui visait à clarifier bien des points sur ce domaine difficile à gérer ainsi que de supprimer les surcoûts liés à l'itinérance des données. Cette semaine avait lieu un vote visant à modifier des parties du texte par des amendements qui permettraient d'assurer une véritable égalité d'accès pour tous les usagers européens et surtout limiter les abus de pouvoir des sociétés de télécommunication qui sont en position dominante.

 

Malheureusement pour nous tous, les eurodéputés ont finalement accepté un texte de loi tout sauf clair (sans les modifications demandées) qui permettra beaucoup d'interprétations et à des techniciens et juristes malins de passer outre pas mal de choses (du genre s'octroyer un meilleur accès que les concurrents moyennant gros sous). L'usager y gagne la fin de la surtaxe pour l'itinérance des données (quand vous consultez vos mails depuis un autre pays de l'Union Européenne que celui où vous avez souscrit l'abonnement), mais engage un système qui va permettre un réseau à deux vitesses, comme on l'a vu aux USA avec certains sites de streaming (ou autres grosses compagnies) qui s'assuraient d'avoir plus de bande passante que les autres en faisant du business directement avec les FAI.

 

La protection des droits et des libertés des citoyens restent comme toujours en arrière-plan et ce sont une nouvelle fois de grosses entreprises qui se taillent la part du lion, cela malgré les nombreuses personnes qui ont appuyé pour faire passer les amendements qui devaient rendre ce projet plus neutre (il est difficile de tout prévoir). Le papa d'Internet, Sir Tim Berners-Lee, appuyait la chose aux côtés de sociétés comme Netflix, Reddit, Kickstarter, Vimeo, Foursquare ou encore Soundcloud, mais ça n'a rien empêché non plus (notez qu'un Microsoft, Facebook, Amazon, Apple ou Google aurait eu plus de poids).

 

En même temps, en France, nos sénateurs acceptaient que la loi renseignement ne soit plus limitée aux frontières françaises, autorisant ces nouveaux Renseignements Généraux à épier les faits et gestes du monde entier. Alors que l'ONU, le Conseil Européen, des syndicats de professionnels de la justice et de nombreux Français (et usagers du monde entier) s'étaient levés contre ce genre de pratique, le pays des droits de l'homme continue de les bafouer et à encore plus grande échelle pour le plus grand plaisir de Manu et Françouille, les militants du "tous sous les verrous pour plus de sécurité". Ce texte doit encore passer devant l'Assemblée nationale et le sénat, espérons qu'ils arrivent à se déboucher les oreilles et entendre raison d'ici là. (sources : La Quadrature du Net / BBC / Julia Reda)

 

net neutrality vote parlement euro

441 refus, 46 abstentions et 231 pour, on était loin du compte.

Sur le comptoir, au même sujet

 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 53 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !