Atterrir sur Mars reste une obsession, et si pour certain la chose parait très peu probable, pour d'autres il ne fait pas l'ombre d'un doute que l'Homme y posera bien ses pattes un jour ou l'autre. Mais les obstacles d'une telle mission sont bien évidemment de taille, l'un d'eux est indéniablement la capacité à produire de l’énergie de manière stable et constante une fois sur le sol de de la planète rouge. Pour ce faire, les ingénieurs de la NASA et la NNSA (Department of Energy's National Nuclear Security Administration) ont démontré il y a peu avec succès un premier réacteur nucléaire "miniature" en fonctionnement.

 

nasa kilopower reacteur nucleair miniature

 

Attention, il ne s'agit pas non plus d'un réacteur de poche, loin de là, mais la taille du machin est tout de même extrêmement réduite par rapport aux monstruosités installées dans les centrales nucléaires. En même temps, l'engin - baptisé Kilopower - n'est capable "que" de fournir jusqu'à 10 kilowatts de puissance électrique en continu, une tâche qu'il pourrait réaliser pendant au moins 10 ans. D’après la NASA, en combiner plusieurs permettrait d'atteindre une production d’électricité suffisante pour assurer le fonctionnement d'un avant-poste installé sur sol spatial, fut-il de la Lune, de Mars, ou d'ailleurs.

 

Le prototype est construit autour d'un réacteur moulé avec un noyau d'uranium-235, lequel est grosso modo de la taille d'un rouleau de papier de cuisine. La chaleur du réacteur est ensuite transférée vers les moteurs Stirling de haut rendement grâce à des conduits de chaleur passifs en sodium, et est ainsi transformée en électricité. À en croire David Poston, concepteur de réacteur en chef au laboratoire de la NNSA à Los Alamos, le réacteur n'aurait pas bronché durant d'intenses sessions de tests, toutes conclues haut la main. Il va de soi que pour le moment, la disposition des déchets ou encore le réapprovisionnement du réacteur en mission paraissent ne pas être au centre des sujets abordés, et quelque part c'est un peu compréhensible.

 

 

Le réacteur Kilopower fait partie du Space Technology Mission Directorate's Game Changing Development program, qui consiste en gros à trouver des solutions pouvant révolutionner, ou au moins transformer, les technologies du domaine spatial. Ce programme devrait ensuite démontrer ses trouvailles d'ici 2020 avec une transition vers le Technology Demonstration Mission program de la NASA. Fort heureusement pour l'agence spatiale, le dernier plan budgétaire de Trump n'a pas affecté le montant alloué aux projets portant sur Mars, ce qui n'est par contre pas le cas des ceux portant sur la Terre, les missions vers les astéroïdes et l'éducation. Un budget cherchant à encourager la NASA à se concentrer davantage sur les missions d'explorations de l'espace profond. 

 

Le tourisme sur Mars (ou ailleurs), ce n'est peut-être pas pour demain, mais on ne peut qu’espérer pouvoir y arriver un jour !

 

stewen hawking citation étoiles

 Établir un avant-poste humain sur Mars, semble encore relever de la science-fiction. Le réacteur nucléaire portable de la NASA permettra t'il un jour de résoudre une partie de l'équation ? 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 23 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !