Comme on l'a vu hier sur une gamme d'écrans de chez Samsung, en bundle avec certaines mobales Z97 chez ASUS (Z97-Deluxe) ou encore intégré dans des meubles suédois, la recharge sans-fil essaie de se faire sa place. Cette prouesse technologique, qui évitera d'avoir à brancher un câble, interroge tout de même ceux qui s'intéressent un peu au rendement énergétique. Tom Halfhill, qui bosse chez MaximumPC, est allé voir ce qui se faisait pour voir à quel point la chose était aboutie.

 

En prenant comme exemple la société Wi-Charge, qui propose d'envoyer un signal lumineux (laser) vers une cellule qui transformera la lumière en énergie pour alimenter un appareil, il est tombé face à un rendement de 35%, soit 65% de gaspillés. Wi-Charge n'a pas la prétention de pouvoir alimenter de très gros appareils, mais même dans le cas d'un petit smartphone, si cela venait à se démocratiser et vu le nombre d'usagers, on parlerait d'une bonne grosse dose d'énergie perdue à l'échelle planétaire.

 

Revenons sur les "stations d'accueil" où l'on pose l'appareil. La technologie Qi (prononcez Tchi comme l'énergie en Chinois), conçue par le Wireless Power Consortium, est celle qui est embarquée dans le plus grand nombre de smartphones actuels, utilisant l'induction magnétique pour recharger leurs batteries (40mm de portée et 5W). Elle est donnée pour une efficacité énergétique comprise entre 50 et 90% de ce que l'on a en filaire. Au mieux 10% sont perdus, au pire 50% et certaines bases proposent même de recharger plusieurs appareils en même temps. Pourquoi tant de perte ? Qu'on le veuille ou non, il y a plus d'étapes à passer dans l'utilisation de l'induction que d'un simple câble en cuivre et il est donc logique que plus d'énergie se dissipe. Après, il reste à voir si ces 40% d'écart viennent de la qualité des chargeurs sans-fil, de celle des câbles d'alimentation ou d'un rapport entre les deux (toujours la même guerre, bon produit versus produit au rabais), c'est une information diffusée par le Wireless Power Consortium lui-même et on imagine qu'ils n'annoncent pas un rendement aussi bas que 50% juste pour le plaisir de dire du mal de leur technologie.

 

Alors, à quoi bon chercher à avoir du sans-fil ? Offrir une fenêtre vers le futur ? Permettre de ne pas avoir - par pure flemme - à connecter un câble USB dont le connecteur est devenu standard ces dernières années ? Dans tous les cas, en l'état actuel de la technologie, ça vaudra surtout une belle claque au bilan énergétique global et ne sera pas loin d'être aussi efficace que d'utiliser un groupe électrogène à énergie fossile pour recharger son smartphone.

 

plaque induction

Chargeur Qi certifié Paul Bocuse !

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 46 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !