Imprimer

• Crucial RealSSD C300 (256 Go)

En successeur du fantomatique C200, il était attendu ce RealSSD C300, pour deux raisons : la première, c'est qu'il est l'un des premiers disques à exploiter l'interface SATA 6Gbits/s là où le SATA II plafonnant à des débits de 3Gbits/s, commençait à accuser du poids des ans avec certains SSD sortis en 2009 déjà capables de la saturer. La deuxième puisque le C300 est le fruit de la collaboration entre Micron (qui fournit les Nand et le commercialise) et Marvell (qui produit le contrôleur) ce dernier, pas vraiment débutant en la matière, étant attendu au tournant sur un marché de plus en plus concurrentiel. A l'heure où les contrôleurs Sandforce tardent à pointer le bout de leur nez, ce C300 arrive à poings nommés. Il est garanti par Crucial durant 3 ans.

 

Côté esthétique, c'est sobre, un boîtier semi métallique 2"1/2 avec une étiquette (mal collée) en partie supérieure qui rappelle le nom du constructeur et du SSD. La face inférieure comporte elle une contre étiquette avec les P/N et les S/N, capacité, firmware d'origine et autres logos/blabla  dont vous vous fichez éperdument. Pas de port mini USB sur ce modèle, pas plus que de jumper pour un upgrade éventuel de firmware.

 

recto - Crucial C300 256Go [cliquer pour agrandir] verso - Crucial C300 256Go [cliquer pour agrandir] recto pcb - Crucial C300 256Go [cliquer pour agrandir] verso pcb - Crucial C300 256Go [cliquer pour agrandir]

Cliquez pour agrandir

 

Côté PCB, on retrouve le Marvell 88SS9174-BJP2 épaulé d'une puce DRAM de 128 Mo d'origine Micron faisant office de cache externe. Ce nouveau venu dans le petit monde des contrôleurs SSD comporte deux processeurs d'architecture ARM. et dispose bien entendu d'une interface native SATA 6Gbps, répondant au standard Ata-8 et supportant ainsi SMART, NCQ, TRIM et autres joyeusetés.  Au niveau des mémoires flash de stockage, les puces NAND MLC 2 bits sont d'origine Micron naturellement, gravées en 34nm. 16 puces de 16Go de densité réparties de part et d'autres du PCB permettent donc d'atteindre les 256 Go annoncés. A noter que  les NAND de ce SSD répondent à la norme OFNI 2.1 (Open NAND Flash Interface) datant de janvier 2009 permettant des transfert de données à hauteur de 200Mo/s (contre 166Mo/s pour la précédente révision) et permettant la mise au point de contrôleurs plus simples (pour les plus curieux, ou pour ceux qui veulent se la raconter demain à la machine à café, vous pouvez consulter le rapport de spécifications ici).

 

Voyons les premières impressions en termes de performances synthétiques à l'aide de CrystalDiskmark  et HD Tune. C'est flatteur avec des débits en lecture et écriture très proche des contrôleurs Intel qui règnent en maître depuis des mois, le tout avec un surplus de bande passante qui fait grimper les compteurs au delà des 300Mo/s ! Nous avons pour ce test mesuré les performances de ce SSD avec un contrôleur Marvell de la série 91xx que l'on retrouve sur la majorité des carte mère intégrant le SATA 6gbps, ici sur une carte mère Asus P7P55D-E Premium.

 

HDtune file benchmark - Crucial realssd C300 256Go [cliquer pour agrandir] HDtune lecture - Crucial realssd C300 256Go [cliquer pour agrandir] HDtune écriture - Crucial realssd C300 256Go [cliquer pour agrandir] crystaldiskmark - Crucial realssd C300 256Go [cliquer pour agrandir]

Mesures sur P7P55D-E - Marvell 9123 embarqué (Cliquez pour agrandir)

 

Néanmoins nous avons voulu vérifier le comportement de ce SSD dans deux autres cas : connecté sur un contrôleur PCIe express LSI Megaraid 9260-8i gérant le SAS/sATA 6gbps, permettant de vérifier le comportement de la puce Marvell  88SE9123 câblée via un pont PLX (et donc l'équivalent de bande passante d'un lien PCIE 2.0) ; ainsi que sur un bon vieux ICH10R afin de déterminer à quel niveau de performance le C300 se retrouve bridé lorsqu'il est connecté à un contrôleur SATA 3gbps.

 

Crucial realssd C300 256Go - ICH10R - lecture [cliquer pour agrandir] Crucial realssd C300 256Go - ICH10R - écriture [cliquer pour agrandir] Crucial realssd C300 256Go - ICH10R - débits via crystal disk mark [cliquer pour agrandir]

 Mesures sur ICH10R (Cliquez pour agrandir)

 

Première surprise : si sur un contrôleur externe tel que notre LSI 9260-8i le C300 est au niveau de performances annoncé par le constructeur, il semble bien y avoir un petit souci entre les deux contrôleurs de chez Marvell. Le problème ne se pose pas en lecture ou l'ICH10R plafonne aux alentours des 270Mo/s (à l'instar des X25-M et X25-E d'Intel) et où le contrôleur Marvell du C300 peut pleinement s'exprimer, mais au niveau de l'écriture où l'on constate très clairement un plafond sur le contrôleur SATA 6gbps Marvell de l'ordre de 170Mo/s alors que les débits sont conformes sur ICH10R.

Contactés sur le sujet, nous attendons encore aujourd'hui une réponse de la part de Crucial & Marvell. N'ayant pas mesuré d'impact négatif autre (notamment sur les I/Os) que celui du débit, nous avons néanmoins choisi de conserver ce contrôleur Marvell 9123 pour le panel de tests puisqu'il représente à l'heure actuelle l'offre la plus largement répandue sur le marché. A noter cependant que le récent chipset 890 de chez AMD donne toute la latitude au C300 (hélas, nous n'avions pas de carte au moment des tests !). Nous étions en révision .1034 des pilotes Marvell au moment des tests (l'un des premiers à priori à supporter le TRIM), et que la partition était bien alignée en 4Ko.

 

Aussi sur une puce SATA 6gbps, le C300 envoie sérieusement du bois sur les débits mais se retrouve légèrement castré dans notre cas de figure sur les débits maximaux d'écriture. Si vous étiez tenté de le connecter sur un contrôleur SATA 3gbps classique, pas de quoi fouetter un mouton, il y a certes une baisse de débit en lecture l'interface étant saturée mais, et c'est le plus important, le comportement du disque n'est pas ou peu affecté sur sa gestion des moyens et petits fichiers et il prend même l'ascendant en débits maximums en écriture ! Nous y reviendrons à la fin de cette fiche.

 

Mais que penser de ces premiers tests synthétiques ? Que le C300 envoie grave ? Oui, c'est le cas. Enfin la barre des 300Mo/s est franchie, le porte se trouve ainsi toute ouverte au déploiement du SATA 6gbps. Même le X25-E pourtant référence depuis des mois dans le petit monde impitoyââbleuuu des SSD se prend un enrhumée qu'il fait plaisir de voir, préfigurant ainsi un avenir prochain blindé de Mo/s. Et que dire des disques durs mécaniques qui doivent s'en retrouver définitivement au rang de dinosaures, tout comme Thibaut.  La prochaine évolution se fera t-elle au niveau des débits en 4Ko ? Modérons notre enthousiasme et passons la bête à la moulinette IOmeter.

 

 

courbes lecture écriture IOmeter - Crucial realssd C300 256Go [cliquer pour agrandir]

Cliquez pour resserrer l'échelle sur les 8 premiers Ko

 

L'on serait presque déçu par ces courbes. "Mais qu'est ce qui raconte ce testeur, il est fou ?" : pas complètement. Le C300 domine tout le monde sans exception, mais pas nécessairement là où on l'attendait. A y regarder de plus prêt sur les fichiers de 0,5 à 8Ko les débits en lecture séquentielle enterrent littéralement toute l'offre actuelle en termes de SSD (en attendant l'arrivée des contrôleurs Sandforce). En lecture aléatoire c'est par contre nettement moins bien avec une courbe qui tarde vraiment à décoller pour se retrouver sur des blocs compris entre 2ko et 8Ko au niveau de performance proche des Barefoot. Au delà de fichiers de 8Ko, les débits s'emballent pour atteindre les 340Mo/s avec des fichiers de 1Mo et plus.

En écriture séquentielle, le C300 cogne fort se permettant le luxe de rivaliser avec le X25-E, rien que ça. En écriture aléatoire, là encore une bien belle prestation du C300 rivalisant avec le X25M sur les petits fichiers et s'envolant même au delà de blocs de 4Ko, allant  jusqu'à mettre le X25-E au placard passé les fichiers de 16Ko : impressionnant, le C300 était attendu sur ce terrain et y fait fort office !

 

Ces courbes révèlent cependant la relative faiblesse du firmware qui dans sa première version dispose encore d'un bon potentiel de progression : cela est notamment marqué par le comportement de la courbe en lecture séquentielle sur la tranche de blocs de 8Ko <-> 256Ko. Une faiblesse que nous allons retrouver du côté des tests applicatifs.

 

récapitulatif des performances- Crucial realssd C300 256Go [cliquer pour agrandir] impact de la fragmentation- Crucial realssd C300 256Go [cliquer pour agrandir]

Cliquez pour agrandir

 

Et c'est là que le C300 paye son manque de punch en lecture aléatoire. Souvent il offre des performances de tout premier ordre capables de faire de l'ombre aux unités Intel excellant dans ce domaine. Parfois il se fait distancer par les contrôleurs Samsung, bien que très bons dans ce domaine d'application, mis au point depuis bien plus longtemps et voyant la succession arriver très vite chez le Coréen. On note un résultat misérable sur les tests de moyenne d'écriture, réalisés sous H2wbench. Fait qui sera probablement résolu sur de prochaines mises à jour software.

 

Enfin pour ce qui est de la fragmentation, le C300 y est plutôt sensible sur les taux d'écriture, se traduisant par une baisse globale sur la série de tests de Marc PCMark de l'ordre de 15%. Ce dernier face à un test de torture s'en tire très bien et sa gestion du TRIM vous assurera des pertes minimes dans le temps.

 


• Bilan

Clairement, le C300 est une vraie fusée ! Malgré la jeunesse de son firmware, et malgré les soucis rencontrés sur une plateforme sur laquelle il serait pourtant amené souvent à évoluer (contrôleur Marvell 9123), le C300 fait parler la poudre au point de moucher des référents que sont les SSD Intel et ce même si vous ne pouvez pour le moment que le connecter en SATA 3gbps. Et là, tout est dit ! C'est cependant un SSD qui comme les Sandforce a été très attendu et dont on pardonnera difficilement certains défauts, qui une fois gommé, en feront une référence assurée au même titre que les dorés SSD Intel. Chose que nous ne manquerons pas de vérifier et mettrons à jour cette fiche en conséquence le moment venu.

hdtune_C300_w_sata6_t.png [cliquer pour agrandir]Au 27/03/2010, nous avons relevé un soucis au moyen et long terme sur les performances en écriture sur ce SSD : ce dernier ne semble pas systématiquement recevoir et gérer le TRIM lorsque la commande est censée lui être adressée, ceci ayant été constaté sur un contrôleur Marvell 9123. Crucial est en passe de résoudre le souci via un nouveau firmware. Seule alternative pour le moment si vous étiez touché : un secure erase en bon et due forme. (Ci contre, le niveau de performances relevé avec une fragmentation très pronconcée)
Au 23/05/2010, les soucis relatifs au TRIM sont à conjuguer au passé ! RDV sur cette news.

Avec un ticket d'entrée de 700€ en prix public, ce RealSSD C300 affiche un ratio de 2.7€/Go, ce qui est cher, très cher même mais en parfaite corrélation avec les tendances actuelles du marché, d'autant qu'on le trouve facilement aux alentours des 600€. Ce n'est par contre pas le cas de son petit frère en 128Go qui se retrouve avec au prix au Go supérieur de 25%. C'est en tout cas un met de choix que nous propose ici Micron, qui rate de peu une cinquième étoile pour son positionnement tarifiaire perfectible et ses petits défauts de jeunesse. Gare aux unités Sandforce qui pointent le bout de leur nez...

 

note - Adata s596 128Go

Retour au Comparatif SSD

Les 2 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !