• Alors, laquelle choisir ?

Nous venons de disséquer 2 cartes gigabyte Z68, la troisième ayant déjà bénéficié d'un test. En effet la P67A-UD5 n'avait pas gagné notre coeur car elle était excessivement chère pour ce qu'elle apportait, et d'ailleurs aujourd'hui elle a un peu baissé pour atteindre les 230€, mais elle reste loin devant en terme de tarification des cartes ayant un chipset Z68 plus complet pourtant, 150€ pour la UD3H et 170€ pour la UD4. 

 

On aurait pensé que les cartes P67 seraient vraiment moins chères, finalement elles ne sont pas très loin de cartes Z68, à ceci près que le Z68 a une force qui fait de lui un chipset incontournable en novembre 2011 : il permet d'exploiter la partie graphique de son Sandy. Et dans cette optique nombreux sont les gamers à préférer cette vision des choses, car en cas de carte graphique grillée, le PC peut continuer à fonctionner sans dépenser plus, l'idée est excellente et rassurante.

 

En plus, le SSD Caching peut être une bonne solution, même si sur le papier l'idée est alléchante, ses performances et sa mise en pratique sont peu évidentes, en effet l'intérêt d'acheter un SSD que pour cet usage parait désuet alors qu'un SSD seul donne de meilleurs résultats. Le SSD Caching n'est pas une révolution, il peut être jouable pour les cartes qui ont un port miniSATA, et vraiment il n'y a que dans ce cas que ça nous parait plausible et pertinent. Quoi qu'il en soit le Z68 est ce qu'aurait dû être le P67 à ses débuts, et il est le chipset à avoir pour sa Sandy, c'est indiscutable. Mais revenons à nos cartes pour savoir ce que nous en avons pensé !

 

• Gigabyte Z68X-UD3H-B3

gigabyte_z68x_ud3h_b3_petit.jpgGigabyte avec cette UD3H a livré une carte mère sans faille et vraiment complète pour son tarif. Elle possède 7 ports Sata, pas tous gérés par le Z68, mais ils ne vous limiteront pas. Le layout est aéré, bien pensé, même pour ceux qui ont une carte son PCIe x1 et un SLi/Crossfire, ils pourront tout réutiliser sans souci. De plus la carte dispose de toutes les sorties vidéo qu'il faut, même le Displayport est de la partie. L'USB3.0 est là, et même le TPM, qui reste quand même bien secondaire, mais à ce tarif on ne peut crier.

 

D'un point de vue consommation et capacités en overclocking, malgré ses 7 phases qui peuvent faire peur au non averti, la carte a passé avec succès tous les essais, ne rechignant pas à la tâche, et ne faisant pas sa capricieuse comme cela pouvait être le cas par le passé avec les cartes du constructeur.

 

Pour ne rien gâcher, et même si ce critère est purement subjectif, la carte arbore un look réussi en tout point, alliant sobriété et accessibilité. La seule vraie ombre à son tableau reste un bundle vraiment très pauvre, au rang duquel nous ne comprenons pas l'absence de systématisation des Q-Connectors, si pratiques quand on installe sa carte mère. Pour terminer, nous aurions aimé au moins un interrupteur Clear CMOS accessible puisque le jumper lui est collé aux branchements châssis et la pile sous une éventuelle carte graphique double slot, mais c'est à peu près tout.

 

comptoir orAprès mûre réflexion, nous attribuons l'or à cette carte mère solide, bien équilibrée dans ses performances, et qui offre le plus grand éventail de sorties vidéo. De plus elle n'oublie pas les dernières technologies comme l'USB3 et le SATA 6Gbps, et propose du TPM en standard. Elle permettra à chacun de pouvoir oveclocker comme bon lui semble très facilement, et pour ceux qui veulent utiliser la partie graphique de Sandy Bridge, Virtu est géré. Elle permettra également d'utilser votre PC en absence de carte graphique dédiée, c'est un des avantages du Z68. Pour ceux qui voudront passer à Ivy bridge, pas de problème puisqu'elle est compatible 22nm depuis le bios F8 et se poursuit avec le F10. Et pour la révision 1.3, la seule qu'il faille se procurer à ce jour, la carte est donnée comme gérant le PCIe 3.0 inclus dans les prochaines générations de cartes graphiques. Il ne lui manque presque rien, Gigabyte a donc tapé dans le mille avec ce modèle bien placé face à l'offre des concurrents.

 

• Gigabyte Z68XP-UD4

gigabyte z68xp ud4 petit

Gigabyte n'a en revanche pas eu un super nez creux avec cette carte. Certes elle offre par rapport à la presque jumelle Z68X-UD4 une sortie graphique, mais elle peine selon nous à trouver son public. Pourquoi ? La raison est simple : elle ne propose guère mieux que la UD3H, et ce pour 20€ de plus. Elle a certes un étage d'alimentation plus solide, mais est-ce que Sandy en a vraiment besoin ? En revanche elle a moins de ports d'extension, un port PCIe x1 en moins, ce n'est pas violent, mais c'est notable. Elle a aussi moins de sorties vidéos même si en pratique elle compense ce manque par un panel arrière plus riche en USB3.0.

 

Ensuite elle propose 8 ports SATA dont deux uniquement normalisés SATA 6Gbps gérés par le Z68, deux autres l'étant par une puce Marvell dont on sait qu'elle ne remplace pas le support natif du Z68. Elle possède aussi le fameux port TPM qui fait figure de bonus, mais son usage reste, comme pour sa petite soeur, très marginal. Elle est estampillée UD4, et finalement c'est uniquement sur ses phases que l'on peut faire la différence avec le UD3H. Il n'empêche que la carte à côté de ça est solide, vraiment aboutie et très stable, pensée pour Ivy et le PCIe 3.0 grâce à la révision 1.3, la seule qui compte à nos yeux, la rev 1.0 n'ayant plus aucun intérêt (comme la UD3H, notez), mais à plus de 170€, difficile de la conseiller.

 

comptoir bronzeAprès mûre réflexion, nous attribuons le bronze à cette carte mère solide, et uniquement celle dans sa révision 1.3. En effet bien que la carte ne souffre d'aucune tare technique, bien au contraire, elle s'est montrée très stable, elle est beaucoup trop proche de la UD3H tout en étant moins généraliste. Pour autant les amateurs de gros overclocking bien sauvages sauront se satisfaire de ses 16 phases, pour les autres cela n'aura que peu d'intérêt tant Sandy est économique énergétiquement. A ce prix supérieur à 170€, nous aurions aimé des interrupteurs sur le PCB comme Power, Reset et Clear CMOS, ou encore un bundle moins triste. C'est la promiscuité avec la UD3H et la somme de tous ces petits manques qui coûtent l'argent à cette carte qui reste quand même évolutive avec le support d'Ivy Bridge et le PCIe 3.0 de la révision 1.3.

 


Nous remercions nos partenaires pour la mise à disposition du matériel de test




Sommaire

Page n°1 : Préambule
Page n°2 : Gigabyte Z68X-UD3H-B3
Page n°3 : Gigabyte Z68XP-UD4
Page n°4 : Les logiciels maison
Page n°5 : Protocole et configurations
Page n°6 : Tests synthétiques
Page n°7 : Tests pratiques
Page n°8 : Tests ludiques
Page n°9 : Conso/Températures/Overclocking
Page n°10 : Conclusion

Les 20 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !