• Le Vulcan 120, DAS Clavier

Rgb on ! [cliquer pour agrandir]

 

 Roccat Vulcan 120 AIMO
Dimensions 462 x 235 x 32 mm
Poids (avec câble) 1150 g
Format AZERTY complet
Commutateurs Titan Tactile
Rétroéclairage

RGB individuel,

AIMO

Logiciel Roccat Swarm
Autre(s) truc(s) 1000Hz, 512Ko
Tarif 159,99€
Garantie

2 ans

Le Vulcan 120 avait été annoncé et dévoilé par Roccat en juin dernier, et fait extraordinaire, la seule vue de son physique avait alors fait pousser tellement de cheveux sur la tête de Pascal que ce dernier avait lui-même pris les choses en main pour nous le présenter avec amour et passion (et aussi parce que sa joyeuse équipe de bras cassés avait probablement un peu zappé le CP en question ce jour-là...chose qui n'arrive jaaaamaiiiis) ! De toute manière, on remarquera facilement du premier coup d’œil la rupture qu'est le Vulcan par rapport à ses prédécesseurs, tant au niveau de son physique que des interrupteurs embarqués. On ne peut s’empêcher d'admirer l'aspect premium et aéré du clavier, ainsi que sa finition aluminium ne manquant pas de charme. L'ensemble reste ainsi aussi plutôt sobre grâce à son design très plat et sans fioritures apparentes. Par contre, apparents et transparents, les interrupteurs le sont assurément, habillés de keycaps minimalistes - 4mm d'épaisseur maximums sans compter l'embout - mais qui n'en laisseront ainsi que plus visible l'illumination RGB individuelle particulièrement sympathique du clavier, dont l'effet est naturellement accru par les réfléchissements sur la plaque en alu. D'un autre côté, il faut reconnaître que le Vulcan se distingue justement beaucoup grâce à cette combinaison keycaps "low-profile" et interrupteurs transparents, sans laquelle il se fondrait dans la masse des claviers haut de gamme - chez lesquels l'alu brossé et le RGB à tout-va sont devenus des standards - bien plus facilement.

 

roccat vulcan keycaps cdh

 La légende dit que c'était arrivé par accident...

 

À savoir que le Vulcan AIMO est décliné en trois versions : 120, 100 et 80. La version 100 est parfaitement identique à la nôtre, à la différence que le repose-poignet n'y est pas inclus et qu'elle coûte 149,99€ au lieu de 159,99€. Le Vulcan 80, affiché pour 129,99€, sera également vendu sans repose-poignet, mais se verra aussi amputé des LED RGB - désormais limitées au bleu "Roccat" - et des  boutons de contrôles dédiés au son, un ensemble qui se retrouve toutefois simplement déporté sur le pavé numérique sous la forme de touches traditionnelles. Mais hormis ces quelques petites différences, les 3 Vulcan sont spirituellement identiques. Notez, aucun des trois ne dispose d'un hub USB, pourtant parfois assez pratique et à ce niveau tarifaire, c'eût été un supplément bienvenu ! À propos d'USB, le câble n'est pas détachable sans démonter entièrement la bête. Ce n'est pas un crime et c'est de toute façon encore assez rare dans le milieu, mais c'est n'est jamais un mal de pouvoir le changer à la volée s'il venait à passer l'arme à gauche pour d'obscures raisons (chat, lapin, enfant, fin du monde, etc.). 

 

Personnalisatioooon !  [cliquer pour agrandir]

 RGBBBbbb ! Aucuune limiiiiteuuuuh à mon pouvoiiiiir !

 

Point de Cherry MX aujourd'hui, tout Vulcan est équipé des nouveaux interrupteurs Titan Tactile signés Roccat, présentés par le constructeur quelque jours avant le lancement du clavier. Roccat a ainsi rejoint le petit groupe des marques ayant conçu leurs propres switchs pour équiper certains de leurs claviers phares; on pensera notamment aux Romer-G de Logitech ou Gateron de Cooler Master. De type mécanique, l'interrupteur Titan assure un point d'activation assez court à 1,8mm (contre 2mm pour les Cherry MX Brown) pour une course totale de 3,6mm (au lieu de 4mm). L'ensemble est assurément réactif, rapide et stable, et produit un clic d'activation audible pas particulièrement gênant, qui reste néanmoins très typique du bruit de claquement d'un clavier mécanique et ici en l'occurence assez similaire aux Cherry MX Brown. Malgré une résistance plutôt légère, le retour tactile est bien présent, agréable et aussi un tantinet plus prononcé que sur du Cherry MX Brown. Ainsi, pas besoin d'effort en particulier pour de longues sessions au clavier, si ce n'est peut-être arriver à garder ses yeux ouverts. Qu'il s'agit de jouer ou d'écrire, les Titan du Vulcan 120 AIMO (mais aussi 100 et 80) se sont ainsi révélés être une bonne surprise. Certes, les fanatiques de Cherry trouveront certainement à redire, mais face aux MX Brown la comparaison tient très largement la route que ce soit en matière de confort, de silence ou de réactivité.

 

RGB mini... [cliquer pour agrandir]...RGB au max !  [cliquer pour agrandir]

 Intensité des loupiottes : mini vs maxi.

 

Pour le reste, le clavier affiche une disposition AZERTY comme une autre. Il est possible de mettre en place des raccourcis pour vos profils avec les touches F1 à F4 et 6 macros sur le pavé de 6 touches situé à gauche du pavé numérique. Une portion des raccourcis multimédias sont présents sur les touches F9 à F12, et le reste se trouve à gauche de la molette du volume. Cette dernière, bien pratique, est solidement arrimée, bien grosse et crantée un peu à la manière de certaines molettes de souris, et est en conséquence facile à repérer ou à utiliser les yeux toujours rivés sur l'écran. En plus, elle sert aussi à ajuster l'intensité de l’éclairage (jusqu'à l’éteindre complètement) après avoir appuyé sur la touche FX se trouvant à proximité. À l'usage, le maintient et l'entretien du Vulcan 120 est largement facilité grâce au design aéré, tandis que les keycaps mates paraissent assez réticentes à afficher des traces de doigts (dans des conditions standards, faut pas pousser non plus) et sont faciles à nettoyer avec un chiffon approprié. Malheureusement, Roccat a ici opté pour des capuchons ABS engravé au laser plutôt que du PBT, ce dernier étant réputé pour être plus résistant et beaucoup moins prône à l'usure. Au prix du clavier et du positionnement haut de gamme de la série, c'est vraiment dommage et limite impardonnable !

 

roccat vulcan 120 de dos

 

L’arrière-train du clavier est beaucoup plus banal, cela dit on relèvera que Roccat n'a pas lésiné sur les bandes en caoutchoucs (mais vous verrez plus tard que ce n'est pas forcément innocent), même le repose-poignet est pourvu de l’équivalent de deux bandes sur toute la longueur. Autant vous dire que le clavier tient merveilleusement bien en place. À propos du repose-poignet, celui-ci est (malheureusement ?) en plastique dur, point de finition soft-touch ou en mousse à mémoire de forme comme on peut en trouver sur certains claviers haut de gamme. Il n'en fait pas moins son boulot et devrait en contrepartie peut-être mieux survivre à l’épreuve du temps.

 

Parlons aussi un peu des cale-pieds. Pas de crans ni l'option de plusieurs niveaux, ils sont donc très basiques et rajoutent un peu plus d'un centimètre de hauteur à l'ensemble. Que vous vous en serviez ou non, sachez que du caoutchouc est présent sur chaque angle afin d'ajouter un peu d'adhérence, quelle que soit la position. C'est bien vu. Enfin, un p'tit mot aussi sur les indicateurs lumineux de verrouillage et consorts; Roccat a eu la bonne idée de les déporter dans la partie basse du clavier sous le pavé numérique plutôt que de les planquer dans leur coin habituel en haut à droite caché derrière le pavé.

 

Vulcan allongé ! [cliquer pour agrandir]Vulcan debout ! [cliquer pour agrandir]



sommaire

1 • Préambule
2 • Aspect externe, prise en main
3 • Démontage, logiciel & verdict

Les 5 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !