• Logiciellement vôtre

En sortie de boite, le Thunderobot ST-Plus était sous Windows 10 Home version Anniversary (1607) et ne proposait pas de mise à jour vers la Creators (1703). Pour le tester sur un système à jour, nous en sommes passés par l'utilitaire de mise à jour fourni par Microsoft et l'avons passé en 1703 sans problème, sauf pour le trackpad qui ne répondait pas parfaitement (défilement via deux doigts très peu précis). Cette mise à jour nous permet d'activer le "Game Mode" de Windows 10.

 

Avant toute chose, la première partie "logicielle" à laquelle nous nous sommes intéressés est le BIOS/UEFI. L'accès en est aisé, mais comme souvent sur les portables il se limite à un BIOS sans partie UEFI et à des réglages très limités. Il est d'ailleurs en général possible de faire des captures d'écran du BIOS et de les sauvegarder sur clef USB, mais ça n'est pas le cas ici et nous avons du recourir à un moyen graphiquement moins intéressant, la photographie d'écran en fonctionnement.

 

BIOS [cliquer pour agrandir]BIOS [cliquer pour agrandir]BIOS [cliquer pour agrandir]BIOS [cliquer pour agrandir]BIOS [cliquer pour agrandir]BIOS [cliquer pour agrandir]BIOS [cliquer pour agrandir]BIOS [cliquer pour agrandir]

 

L'outil ne propose pas grand-chose, mais n'est pas non plus le plus verrouillé dans son genre. Le ST-Plus n'étant pas pensé pour être overclocké ou bidouillé, c'est une partie que l'utilisateur n'ira de toute façon que très peu chercher. Il sera pourtant intéressant de passer dans les paramètres avancés pour permettre le contrôle de la ventilation (pour utilisateur averti) et accélérer le démarrage de l'appareil (Fast Boot). Notez au passage que Secure Boot est désactivé de base (et peut être activé), ce qui fera le bonheur de qui veut passer la machine sous GNU/Linux et mènera les utilisateurs de Windows à se poser la question du "pourquoi donc alors que c'est fait pour en améliorer le démarrage ?". Passons maintenant à la partie Windows.

 

Windows [cliquer pour agrandir]Winver [cliquer pour agrandir]

Poste de travail [cliquer pour agrandir]

 

Une page des paramètres système modifiée, avec logo du constructeur et information de contact du service après-vente, permettra de vérifier que le processeur est bien celui mentionné sur la fiche technique, tout comme la quantité de RAM. Un petit "winver" vous présente la version mise à jour par nos soins et un tour dans le poste de travail permet de jeter un œil aux périphériques de stockage, le SSD étant C: et le HDD D: (avec un nom chinois tout à fait intéressant). Passons maintenant aux choses sérieuses en sollicitant le matériel avec CPU-Z.

 

 CPU-Z - CPU [cliquer pour agrandir]CPU-Z - GPU [cliquer pour agrandir]

CPU-Z - Caches [cliquer pour agrandir]CPU-Z - Carte mèreCPU-Z - RAM [cliquer pour agrandir]

 

Alors ? Est-ce qu'un petit tour sur CPU-Z vous aura aidé à trouver qui se cache derrière ce Thunderobot ST-Plus ? Toujours pas ? Nous y reviendrons après. En attendant, on a confirmation de la présence d'un Core "Kaby Lake" i7-7700HQ à quatre cœurs et huit threads, cadencé à 2,8 GHz, et accompagné d'une GTX 1050 Ti (GP107) et de 8 Go de DDR4-2133. Ça n'était donc pas une erreur d'étiquetage sur la barrette, on nous vend bien de la DDR4-2400 pour au final y coller de la DDR4-2133. Pour en finir avec le décorticage, le tout est posé sur une mobale à jeu de puce Intel HM175. Voyons maintenant ce que le CPU donne dans le benchmark intégré au logiciel :

 

Benchmark Core i7-7700HQ [cliquer pour agrandir]Benchmark Core i7-7700HQ [cliquer pour agrandir]CPU-Z Benchmark sur batterie [cliquer pour agrandir]

 

Les deux premières captures correspondent au même test, ordinateur alimenté et score exprimé ou traduit en pourcentage. La troisième capture correspond au même test sur batterie. Dans le premier cas, le Core i7-7700HQ se compte comme attendu, mais dans le second cas les restrictions énergétiques montrent que les performances sont largement revues à la baisse, ce qui aura un impact plus que notable sur les performances en jeu, point que nous détaillerons à la suite. Passons pour l'instant sous GPU-Z pour confirmer ce qui nous est dit au sujet de la carte graphique.

 

GPU-Z - GTX 1050 Ti [cliquer pour agrandir]

 

GPU-Z nous détecte un GP107 cadencé à 1493 MHz de base et 1620 MHz en boost, les 4 Go de GDDR5 (Samsung) sur interface 128-bit moulinant à 1752 MHz. On a bien les 768 cœurs CUDA annoncés par NVIDIA, mais des fréquences de fonctionnement qui sont loin de la carte de référence sur le GPU (1290/1392 MHz), alors que la VRAM colle aux 7 Gb/s annoncés. De quoi exploiter un affichage 1080p en jeu sans avoir à intégrer une plus coûteuse GTX 1060 ? Nous verrons ça également par la suite et restons pour l'instant sur de l'outil de test matériel en faisant passer un coup de Crystal Disk (Info et Mark) aux périphériques de stockage.

 

SSD Crystal Disk Info [cliquer pour agrandir]SSD Crystal Disk Mark [cliquer pour agrandir]

HDD Crystal Disk Info [cliquer pour agrandir]HDD Crystal Disk Info [cliquer pour agrandir]

 

Pour le SSD, il ne fallait pas s'attendre à l'un des fleurons de chez Samsung, mais il répondra parfaitement aux attentes d'un joueur. Du côté du HDD, c'est malheureusement bien moins intéressant avec les performances que l'on peut attendre d'un périphérique moulinant à 5400 tr/min et au cache réduit. Pour vraiment avoir une machine pour joueur, il faudra penser à remplacer ce dernier par un SSD d'au moins 256 Go, le joueur ayant autant besoin de réactivité que d'espace pour stocker des jeux qui deviennent de plus en plus volumineux.

 

• Les logiciels embarqués

Avant de faire parler la poudre, on jette un œil vite fait sur les logiciels embarqués d'origine dans la machine. Thunderobot a eu la bonne idée de ne pas en intégrer trop et cela se limite donc à 3, chacun ayant un intérêt. On passera sur GeForce Experience qui est normalement connu de tout possesseur de carte NVIDIA pour aller directement s'intéresser à Flexikey.

 

Flexikey [cliquer pour agrandir]Flexikey - souris [cliquer pour agrandir]

Flexikey - Macro [cliquer pour agrandir]Flexikey - rétroéclairage [cliquer pour agrandir]

 

Un outil relativement complet permettant de gérer profils, touches et macros pour le clavier et la souris. Chaque partie a le droit à sa page et la prise en main en est assez simple, ce qui devrait inspirer certains ténors du milieu qui nous sortent toujours de grosses usines à gaz. Il ne faut pas oublier la partie rétroéclairage, devenue essentielle sur une machine pour joueur, qui permettra de s'amuser à configurer le clavier de différentes façons en fonction des besoins, ou de profiter de modes démo tous plus colorés les uns que les autres.

 

Sound Blaster Cinema 3 [cliquer pour agrandir]Sound Blaster Cinema 3 [cliquer pour agrandir]

 

Avec un jeu de mots assez simpliste, on peut dire que Sound Blaster Cinema 3 fait beaucoup de bruit pour rien. Une application à l'interface graphique très travaillée pour un outil qui n'en a pas spécialement besoin. La solution audio embarquée se passe facilement de tout cela et c'est l'utilisation d'un casque qui permettra d'en profiter.

 




Sommaire

1 • Préambule
2 • En images (et même à poil)
3 • Matériel et logiciels
4 • Benchmarks et températures
5 • Placement et verdict

Les 4 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !