• Tirer parti de ses erreurs

"Nous ne cesserons pas de prendre des risques". Si Intel reste une des entreprises les plus honnêtes sur la dénomination des nœuds - le 14 nm restant un 14 nm(+/++), contrairement à TSMC où le 12nm est un 14 nm perfectionné - il ne faut pas s'y tromper : les optimisations du 14 nm restent conséquentes. Le 14 nm aurait pu être bien meilleur si les évolutions architecturales avaient suivi celles technologiques. Jim Keller nous a même confié avoir eu très récemment de nouveaux résultats sur une amélioration de plus du 14 nm sans pour autant rentrer dans les détails.

Un projet de rétroportage de Sunny Cove en 14 nm avait même été à l'étude, mais l'ammortissement financier liée à la réalisation de nouveau masques a été trop dissuasif pour tenter l'expérience, Jim ayant été recruté trop tard pour avoir son flair quant aux difficultés de la firme.

 

Maître Jim Keller

"Ah ben, j'ai bien bossé !", Jim Keller, star ex-æquo de l'événement, accessoirement à la tête de la division fonderie du groupe

 

Pour les plus curieux, le 7 nm a été abordé sur un slide par la firme, pas de quoi y voir une arrivée en grande pompe dans 2 mois, mais le bouzin ne semble pas pour le moment sujet aux mêmes tergiversations que le 10 nm... Ni à une quelconque avance sur le 10nm comme aurait pu le laisser entendre cette déclaration.

 

7nm plans

C'est codé, mais on comprend que le 10 nano, c'est pour bientôt !

 

La prochaine décennie sous le signe de l'architecture ?

Désormais, Intel prétend avoir appris de ses erreurs - enfin, être en train d'apprendre, de grosses restructurations étant à l’œuvre encore à l'heure actuelle. La dissociation des processus de design et de gravure devrait être bien plus nette, une première pour la firme.

Selon Raja, la prochaine décennie sera principalement marquée par des changements architecturaux, après les années d'or de la gravure (et les améliorations monocœurs) puis celles du multicœur. Nous ne pouvons qu'adhérer à son point de vue ; mais restons plutôt pessimistes sur les gains que cela pourrait apporter. Sauf restructuration majeure, il paraît idyllique de chercher à prolonger une loi exponentielle comme celle de Moore - même à un rythme plus faible - avec pour seul appui les améliorations architecturales.

 

On ne laisse rien derrière chef !

Un peu de marketing pour finir ?

 

Après une longue journée de présentation - et une date de divulgation laissant en tout et pour tout la nuit pour analyser, merci Intel - que retenir de ces annonces ? Si la déception peut de prime abord être de mise en l'absence totale de date tangible et de références, il convient de replacer les choses dans leur contexte. Le CES arrive dans moins d'un mois, et il serait stupide de la part d'une entreprise aussi reconnue qu'Intel de céder à la panique face au 7nm concurrent TSMC.

 

D'autre part, Intel ne se limite plus aux seuls processeurs d'ordinateurs depuis quelque temps. Malgré le divorce avec Micron, les plans d'Optane sont conservés. Si NVIDIA reste le leader en matière de machine learning, nombreux sont encore les utilisateurs restant sur CPU pour des raisons de coût et de polyvalence. À cela s'ajoutent les tentatives visant à percer dans la mobilité qui, faute d'avoir été couronnées de succès, témoignent une réelle volonté d'expansion.

 

À une heure où Intel cherche toujours un PDG définitif après la démission de Brian Krzanich, le message d'Intel est clair : se positionner sur tous les segments à la fois en offrant des produits de premières performances. Cette stratégie est loin d'être délirante au vu de la taille de l'entreprise, mais en l'absence de spécification, de prix et de date de sortie, on ne peut s'empêcher de rester sur notre faim à la manière d'un cliff hanger de Games of Throne. L'épisode 2 au CES !

 

cdh raja koduri and jim keller hugs

Même Raja et Jim viennent boire un coup au comptoir !




Les 24 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !