• Et après ?

Annoncée depuis longtemps, la loi de Moore se meurt : il est de plus en plus difficile de passer le saut d'une plus fine gravure, si bien qu'Intel a décidé de ne plus communiquer sur le nombre de transistors intégrés sur la Xeon Scalable Platform. Pourtant, les applications sont toujours plus lourdes, et la demande en calcul toujours plus forte. Il faut donc trouver de nouvelles solutions.

 

De nouvelles extentions ?

En restant sur une gravure sur silicium, il est possible de revoir le jeu d'instruction. En effet, des rumeurs avaient courru qu'Intel pourrait briser la rétro-compatibilité du jeu X86 afin de revenir à des instructions plus simples et plus proches des micro-instructions internes. Cependant cela nécessiterait un grand travail logiciel, autant au niveau des compilateurs que des OS, qui devront passer par une mise à jour majeure pour tirer partie de ce nouveau matériel. De plus, il n'est absolument pas sûr que le goulot d'étranglement princpal se situe au niveau de jeu d'instruction : en clair, le travail à exécuter n'en vaut pas focément les quelques pourcentage à gagner.

Une autre solution consiste, comme nous l'avons déjà vu, à ajouter des nouvelles instructions, mais ces dernières restent pour la plupart sous-utilisées : d'une part les logiciels se doivent d'être compatibles avec les machines plus anciennes non équippées, et d'autre part les opérations ne sont pas forcément utiles pour le programme.

 

Un petit mot sur les accélérateurs

Si vous avez connus le début des années 2000, vous avez pu constater l'évolution des cartes graphiques. Si elles sont restées sous la forme de cartes d'extension enfichables, leur volume a fortement augmenté, en parti à cause de leur consommation. Si leur programmation est encore plus complexe que celle d'un CPU du au grand nombre d'unitées de calcul, elle se révèles diablement efficaces dans divers domaines comme le rendu 3D, le calcul scientifique ou encore ... le minage. Une piste pour augmenter les performances pourrait résider dans l'intégration d'autres accélérateurs dédiés, mais une telle modularité ne semble aucunement prévue par les constructeurs hors APU.

 

intel multi module

Un approche multi-module est développée chez Intel, utilisée dans les APU Intel/VEGA.

 

Un remplaçant au silicium ?

Tôt ou tard, il faudra probablement y passer. Que cela provienne de nouveaux matériaux comme le graphène ou les nanotubes de carbone, à terme, une nouvelle technologie va devoir prendre la place du silicium actuel, bientôt à ses limites dans des utilisations de calcul typés PC de bureau.

 

Ca fait d-wave ! [cliquer pour agrandir]

Le D-Wave, premier ordinateur utilisant de l'accélération par qubits

 

Un candidat de choix réside dans l'informatique quantique : les q-bits possèdent structurellement des propriétés plus puissantes que les bits classiques (un bit prend comme valeur 0 ou 1, un q-bit peut prendre un infinité de valeurs). Cependant deux inconvénients majeurs s'opposent à son développement : d'une part, cela nécessitera une grande mise à jour des applications, pire encore que casser la compatibilité X86, car la manière de programmer en serait modifié. D'autre part, les technologies actuelle nécessite un refroidissement extrême pour une poignée de q-bits, autant dire leur arrivée n'est pas prête pour sitôt !



Les 24 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !