• Verdict

sklxNous voici au bout de ce dossier et ces nouveaux processeurs remplissent le rôle qui leur était assigné, à savoir reprendre au Threadripper 1950X la couronne des performances pour un processeur grand public. Mission accomplie, cela suffit-il à en faire des options pertinentes ? C'est moins évident. Vu les résultats de Skylake-X au travers du Core i9-7900X, le comportement des deux nouveaux venus était prévisible, même si on pouvait s'attendre à un peu mieux. L'augmentation de l'enveloppe thermique allouée à ces CPU est loin d'être proportionnelle à l'inflation du nombre de cœurs et ce n'est pas un mal pour la consommation qui reste, à l'instar de celle des Threadripper concurrents, dans le domaine du raisonnable pour de tels monstres. Cela se fait par contre au détriment des fréquences, qui sont beaucoup plus conservatrices que sur des CPU moins larges. Cela conduit inéluctablement à des performances qui ne progressent pas autant que ce à quoi peut laisser penser, de prime abord, une lecture rapide des caractéristiques principales. Bien entendu, selon les applications testées, les performances relatives pourront varier largement. Il n'en reste pas moins que celles les plus aptes à tirer partie de la multiplication des cœurs sont aussi, bien souvent, celles qui seront les plus handicapées par l'enveloppe thermique, limitant ainsi les gains (cf. H.264/265), là où il y a le plus matière à les faire avec de tels CPU. Parallèlement à ce comportement, lorsque les applications ne savent pas profiter de l'intégralité des ressources, le TDP ne limite plus mais les fréquences appliquées par défaut dans ces conditions ne sont d'aucune aide, bien au contraire, c'est donc un peu la double peine. Nous tâcherons d'ailleurs de tester dès que possible la version 14 cœurs qui dispose de la même enveloppe thermique que ses grands frères, mais avec 8 threads de moins à alimenter, de quoi proposer des fréquences plus élevées et des performances probablement pas si éloignées que cela.

 

Coincés entre ces deux situations ne leur permettant pas de s'épanouir totalement, les Core i9-7960X et 7980XE peinent donc à justifier sur notre panel le surcoût très important demandé pour leur acquisition. C'est d'autant plus vrai avec la sortie des Threadripper, offrant à présent une alternative parfaitement crédible dans le très haut de gamme, certes un peu moins performante, mais pas au point de justifier les tarifs des nouveaux venus, loin de là. Si Intel a revu largement à la baisse ses prétentions financières pour un décacore par rapport à l'année dernière, le sommet de la gamme s'avère encore plus onéreux en définitive. On pourra arguer que l'on passe de 10 à 18 cœurs, ce qui est une progression substantielle. C'est incontestable, mais la concurrence n'est plus la même qu'à l'époque non plus. Alors que le Core i7-6950X ne faisait qu'une bouchée d'un plus que vieillissant, inefficient et totalement dépassé FX-9590 (rapport de 2,3 pour les performances entre ces deux-là), le Core i9-7980XE doit composer avec un Threadripper 1950X, tout aussi efficace et devancé de 13 %, pour un tarif deux fois moindre. Le différentiel entre les cartes mères peut réduire quelque peu cet écart, mais pas du tout dans cette proportion. Le positionnement du Core i9-7960X n'étant pas franchement plus légitime, nous avons l'impression qu'Intel applique sa grille tarifaire sans prendre en considération la réalité du rapport de force 2017, qui n'est plus du tout celui de 2016, Zen étant passé par là ! Ne nous méprenons pas, nous sommes enchantés de voir Intel proposer de tels processeurs bardés de cœurs, après la stagnation des dernières années, seulement le tarif réclamé pour ces derniers doit faire preuve de cohérence vis-à-vis de l'offre du marché. Difficile de croire que les dirigeants d'Intel n'en soient pas conscients : comptent-ils sur l'aura de la marque pour justifier le surcoût, les volumes de ventes de ces CPU sont-ils si confidentiels que seule la victoire compte, peu importe le coût ? Eux seuls connaissent la réponse.

 

fusee

Des fusées ces nouveaux processeurs, mais à quel prix !

 

En résumé, le lancement du Core i9-7980XE ne nous procure pas un enthousiasme effréné. Certes, voir les 36 threads en action est quelque chose de très impressionnant dans des applications comme Cinebench, même si la sensation n'est en définitive pas si différente de celle ressentie avec un Threadripper 1950X. C'est bien là le petit caillou impossible à oublier dans la chaussure du nouveau venu, qui n'arrive pas selon nous à se différencier suffisamment de son concurrent, voire du Core i9-7900X, pour générer l’enthousiasme au regard d'un tarif doublé ! Alors bien sûr, tout n'est pas à jeter, d'autant qu'une partie de cette relative déception provient de fréquences et enveloppe thermique par défaut trop faibles, pour laisser le potentiel s'exprimer totalement. La bonne nouvelle, c'est qu'en tant que processeur très haut de gamme, il est facile de corriger ces points par les réglages adaptés. La mauvaise, c'est qu'Intel a fait ces concessions pour une bonne raison : cadencer rapidement 18 cœurs génère inéluctablement une consommation très élevée. Si on peut faire avec, il faut toutefois parvenir à gérer la contrainte thermique. Dire que ce n'est pas une mince affaire est un euphémisme, malgré une transmission de chaleur entre die et IHS a priori plus efficace que sur le Core i9-7900X. Il faudra probablement investir dans un refroidisseur à eau très efficace pour espérer tirer la quintessence de ce monstre de puissance, une fois libéré de ses carcans le maintenant civilisé.

Le second processeur lancé ce jour, laisse un sentiment relativement similaire. Certes il abaisse de 300 $ le ticket d'accès pour des performances moyennes en baisse de seulement 5 %, mais il reste toujours notablement plus cher que le Threadripper 1950X (+ 70 %), qui se rapproche mécaniquement de ce Core i9-7960X (7 % plus rapide). Il partage d'ailleurs de nombreuses caractéristiques avec son concurrent, ce dernier profitant par contre de fréquences généralement plus élevées, compensant en grande partie son déficit d'IPC et rapprochant les 2 CPU au niveau des performances. À l'instar de son grand-frère, il est possible de débrider les performances via des ajustements dans l'UEFI, il faudra par contre gérer de la même manière la consommation qui en découlera et par effet de bord la température pour éviter un throttling contre-productif au niveau des performances, ce qui serait un comble. Nous restons toutefois dubitatifs quant à la pertinence de lancer 2 processeurs aux performances si proches au sein de la gamme Core i9 (avec pourtant un gap financier conséquent), et peut-être même 3 selon le niveau atteint par le 7940X. Une segmentation à outrance, mais pouvait-il en être autrement lorsque moins de 30 % séparent le 7900X du 7980XE, et qu'il y a trois références à intercaler entre ces deux-là. Cette densité de références nuit, selon nous, à la lisibilité du très haut de gamme Intel et compliquera sans nul doute le processus de décision de l'acquéreur potentiel de la marque, déjà bien entamé par une concurrence retrouvée.

 


noctua 40 bequiet 40 topachat intel 40 Logo G.Skill

Nous remercions naturellement nos partenaires pour la mise à disposition des éléments de test.





Les 29 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !