• Protocole de test 2018 des cartes graphiques customs

prot picomatosIl est temps de passer aux choses sérieuses maintenant : que vaut cette petite carte graphique en situation réelle ? De nos jours, analyser les performances en jeu est tout juste utile pour faire des graphes bourrés de chiffres parfois creux. Le Comptoir s'est donc focalisé sur ce qui vous impacte vraiment dans la vie de tous les jours : la stabilité, la température et le bruit. Et pour se faire, nous ferons appel à notre Picoscope favori Robert avec sa pince ampèremétrique. En plus de ça, nous rajouterons une caméra thermique pour les tests de température et un combo micro/carte son afin de mesurer la perturbation sonore sur tout le spectre de fréquence.

 

 

prot focusrite scarlett corsair rm850x ldlc f6 plus prot x470 gaming 7

 

Pour faire cracher les bits sur notre carte graphique, nous utilisons un moteur 3D assez gourmand et compatible RTX et DLSS. Tous les tests sont effectués en 4K afin de générer des pics de courants le plus fort que possible, ce qui fait consommer et chauffer au maximum la carte passée sur le banc.

Côté nuisances sonores, nous allons étudier quelles sont les perturbations non pas sur une valeur globale du niveau acoustique, mais sur un spectre correspondant à notre plage de fréquences audibles. Cela nous permet d'obtenir un résultat plus précis sur les sources de bruit et leur incidence réelle sur notre confort d'utilisation. Trois puissances de moulinage ont été retenues : 30% (idle / bureautique), 60% (charge normale) et 90% (jeu à burne et/ou applicatif intensif). Nous mesurons le son à l'aide de notre interface son Scarlett en plaçant le micro à 30 cm de la paroi fermée.

 

• Faisons péter les Watts !

Côté alimentation cette ROG Strix Gaming 2070 n'est pas des plus propre, avec un bruit présent autour des 100 kHz et pouvant aller jusqu'à 2 A d'amplitude en charge. Il n'y a pas photo, il sera facile d'accuser la conception plus légère - voire trop - de l'alimentation et de la régulation sur cette carte qui va faire perdre une partie du courant utile. Ce n'est pas grand chose mais ça peut suffire à faire gagner quelques degrés sur nos VRMs et à faire chuter le rendement en puissance, ce qui va dérégler le GPU Boost 4. Autant sur une RTX 2060 nous aurions compris, autant là ASUS aurait pu fournir un peu plus d'effort sur la conception.

 

asus rog strix gaming rtx 2070 - mesure instantanée du courant [cliquer pour agrandir]

Le courant est bruité par des signaux parasites de l'ordre de la centaine de kHz qui entraînent un courant moyen plus élevé

 

La consommation s'en retrouve tout aussi troublée, avec 10 W de plus pour un gain en fréquence faible comparé à la version FE de la carte. Cela reste 5% de plus environ, un impact non négligeable sur une alimentation qui est un peu juste niveau consommation. L'impact provient surtout du bruit de fond assez élevé de la carte qui va faire monter la consommation moyenne en jeu.

 

 

• Burn baby burn !

ASUS est un adepte des gros radiateurs sur ses cartes de la gamme Republic of Gamer et ne change pas vraiment avec cette RTX 2070. Nous retrouvons un ensemble massif de cuivre nickelé qui dispose de contact pour le GPU et les VRMs ce qui est bien, mais les modules GDDR6 ne sont pas en accès direct sur le radiateur ce qui n'est pas vraiment une bonne idée. Cette mémoire est assez sensible encore et un mauvais refroidissement peut entraîner un throttle du à une baisse des performances en mémoire graphique à cause de la surchauffe. Bon il y a bien cet espèce de carénage en aluminium, mais nous aurions préféré un refroidissement en un bloc avec le reste. Avec les 7 caléoducs nous sommes sûrs d'avoir un étalement bien répartie de la chaleur.

 

asus rog strix gaming rtx 2070 - vue de dessous du radiateur [cliquer pour agrandir]asus rog strix gaming rtx 2070 - vue de la tranche avec les couches de refroidissement [cliquer pour agrandir] 

Sur ces photos du radiateur, vous pouvez voir les emplacements prévus pour les VRMs, mais pas pour la GDDR, qui comme l'on voit sur la photo de tranche est refroidie par une plaque d'aluminium non collée au radiateur

 

Autre point important du refroidissement, ASUS utilise ici une solution à triple ventilateur 9 pâles pour répartir l'air frais sur l'ensemble du radiateur. Le débit d'air est donc plus important, mais comme tous les ventilateurs tournent dans le même sens, le moulin du milieu brasse de l'air chaud expulsé par les deux autres. La backplate n'est pas reliée thermiquement au PCB, elle n'aidera donc pas à la dissipation de la chaleur produite par les VRMs sur la face de dessous, mais la bonne répartition des composants sur les deux faces limite les surchauffes du PCB.

 

asus rog strix gaming rtx 2070 - image ir au repos [cliquer pour agrandir]asus rog strix gaming rtx 2070 - image IR en charge [cliquer pour agrandir]

À gauche, image IR au repos ; à droite, image IR en charge : la carte chauffe pas mal au niveau des VRMs, mais nous restons encore dans des températures acceptables

 

Pour le coup la carte ne parait pas plus performante en résultats bruts par rapport à la MSI Armor, mais l'imagerie IR est plus convaincante. Nous restons déçus de ne pouvoir faire mieux sur un GPU moins gourmand comme le TU106 par rapport à notre test sur le TU102 de même gamme où les températures sont les mêmes. Ici ce sera une carte qui pourrait être bien refroidie, mais qui sera limitée par la température des VRMs et des modules mémoire, dommage.

 

 

• Turbo au maximum

Toujours avec notre cher Geralt et sa chevelure aussi blanche que la neige, nous faisons chauffer cette petite ASUS ROG Strix Gaming RTX 2070 afin d’étudier le comportement du GPU Boost 4 selon la température. Après de nombreuses minutes à scruter la mer et les arbres pour faire tourner à fond la configuration jusqu'à stabilisation, nous obtenons les résultats suivants : 

 

asus rog strix gaming rtx 2070 frequence

 

Fidèle à sa réputation, la gamme ROG Strix des cartes graphiques ASUS permet d'obtenir des fréquences stables pour des températures plus fraîches. Cependant nous n'obtenons que 3% d'OC environ, ce qui est léger pour une carte dite boostée. Nous gagnons tout de même 6°C pour de meilleures performances donc c'est plutôt honnête, mais malheureusement la consommation élevée et l'alimentation un peu légère ne nous donne pas envie de tester un OC vraiment violent. Cependant aucune crainte, il sera toujours possible de passer votre carte à une limite de 110% il reste encore un peu de marge.



sommaire

1 • Préambule
2 • La carte
3 • Pompage de watts et comportement thermique
4 • Soupe a dB & verdict

Plus d'infos avec le comptoir de l'info


Les 14 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !