• Gainward GTX 1660 Pegasus OC

Quelques jours après la publication initiale, nous sommes parvenus à mettre la main sur un modèle permettant de se faire une idée de ceux à prix plancher par l'entremise de Gainward et de sa Pegasus OC, sachant qu'hormis le léger overclocking, elle est en tout point identique à la version non OC. Elle ressemble aussi beaucoup à la StormX de Palit, les 2 marques appartenant au même groupe, de quoi donc évaluer un modèle d'entrée de gamme.

 

Tout de noir vêtue, cette Pegasus utilise un format très compact compatible mini-ITX, avec un unique ventilateur axial de 95 mm. La carte est un poids plume à 400 g et mesure 17 cm de long du fait de l'excroissance de son dissipateur, le PCB se limitant de son coté à 15 cm. Le carénage en plastique déborde également en largeur de 2 cm à son point le plus excentré et fait très cheap, rappelant que nous bien affaire ici à une carte à prix d'appel.  

 

Gainward GTX 1660 Pegasus : face avant [cliquer pour agrandir]Gainward GTX 1660 Pegasus : face arrière [cliquer pour agrandir]

Face avant et arrière

 

Toujours pour des raisons de coûts, la face arrière est intégralement nue, c'est certes moins joli visuellement, mais bien souvent plus efficace côté refroidissement, la plupart des backplates (dans cette gamme de prix) ne participant pas à ce dernier et se contentant d'emprisonner l'air chaud au dos. L'alimentation électrique est assurée par un unique connecteur à 8 pins, largement suffisant pour les 120 W du TDP officiel des 1660 (Gainward a toutefois poussé ce dernier d'une dizaine de pourcents sur ce modèle OC), cette configuration assurant jusqu’à 225 W avec l'apport du port PCIe. L’encombrement se limite à 2 slots, on notera également l'absence total de LED, là-aussi pour des raisons de coût.

 

Gainward GTX 1660 Pegasus : connecteurs d'alimentation [cliquer pour agrandir]

Le connecteur d'alimentation

 

La connectique diffère de la première GTX 1660 de ce dossier, puisque Gainward a reproduit les choix de Palit sur sa StormX en intégrant un connecteur DVI(-D). C'est au détriment des Display Port 1.4a, puisqu'il n'en reste plus qu'un seul, accompagné d'un HDMI 2.0b. L'USB Type C VirtualLink est toujours absent, probablement pour les mêmes raisons d'inadéquation des performances de cette gamme de GPU avec la VR exigeante.

 

Gainward GTX 1660 Pegasus : connecteurs vidéo [cliquer pour agrandir]

 La connectique vidéo

 

Le refroidisseur est constitué d'une plaque en aluminium permettant d'assurer le contact avec le GPU, les composants de puissance et la mémoire, via de la pâte et des pads thermiques. Elle est surplombée par un radiateur en aluminium dont les ailettes sont traversées par 3 caloducs en cuivre, prenant source au-dessus de la zone dédiée au GPU et chargés de diffuser la chaleur au sein du radiateur. Le flux d'air en provenance de l'unique ventilateur axial faisant le reste.

 

Gainward GTX 1660 Pegasus : le dissipateur [cliquer pour agrandir]

 Le dissipateur

 

Une fois le radiateur retiré, on découvre le PCB très compact et reprenant lui aussi l'organisation traditionnel de cette gamme de cartes, avec l'étage d'alimentation situé juste derrière l'équerre de fixation et le GPU au centre entouré de 6 puces mémoires, 2 emplacements additionnels étant présents, ce PCB pouvant être partagé avec d'autres types de carte de la marque.

 

Gainward GTX 1660 Pegasus : le PCB [cliquer pour agrandir]

Le PCB

 

TU116 est cette fois habillé par une petite coque en plastique aux extrémités de son packaging, permettant de protéger le die d'une mise en place par trop abrupte du refroidisseur, puisqu'il fait office d'entretoise. Gainward a choisi de l'accompagner de 6 puces GDDR5 Micron d'un gigaoctet certifiées pour 8 Gbps et reprenant le même marquage que celles utilisées par MSI sur sa Gaming X. Du côté de l'étage d'alimentation, 3 VRM sont dédiés au GPU (soit un de moins que la Palit 1660 Ti), même si le PCB dispose des emplacements pour 3 supplémentaires. La mémoire se voit dotée d'une seule phase pour son propre besoin énergétique.

 

Gainward GTX 1660 Pegasus : TU116 & GDDR5 [cliquer pour agrandir]Gainward GTX 1660 Pegasus : étage d'alimentation [cliquer pour agrandir]

Le GPU, la mémoire et l'étage d'alimentation

 

Les contrôleurs d'alimentation sont positionnés au dos du PCB, ils sont tous deux orignaire du fabricant On. Celui dédié au GPU est un NCP81611 permettant la gestion des 3 phases présentes sur l'autre face, quant à la mémoire, il s'agit d'un 4S491 pilotant l'unique VRM dédiés à cette dernière.

 

gainward controleur1gainward controleur2

Les 2 contrôleurs d'alimentation

 

L'avis de l'électronicien : La carte dispose d'un dimensionnement adapté à ses prétentions : petite, légère et destinée à du gaming correct à prix contenu. Pas de superflu et c'est agréable, l'optimisation du placement et de la taille permet de concentrer le refroidisseur sur les éléments importants. En assurant un refroidissement correct des phases malgré leur faible nombre, il y a peu d'inquiétude à se faire sur la stabilité de la carte sur le long terme.

 

Poursuivons la description de notre carte au travers de GPU-Z, qui dans sa version 2.18, supporte cette fois parfaitement la GTX 1660 Ti. Les différents éléments sont donc correctement reportés, y compris les 88 TMU. La fréquence boost du GPU progresse de 3 bins par rapport aux spécifications de référence du caméléon à 1785 MHz, toutefois, la fréquence réellement appliquée en charge est déterminée par GPU Boost, selon la qualité (silicium) de la puce et les limites de consommation et température (cf. page 2).

 

caractéristiques Gainward GTX 1660 Pegasus OC

GPU-Z Gainward GTX 1660 Pegasus

 

Voyons cela en pratique : au repos, le GPU se stabilise à 300 MHz, une valeur plus élevée que la génération Pascal, mais identique à celle des RTX et des autres série 16. La fréquence mémoire reprend de son côté la valeur notée sur les GTX utilisant de la GDDR5X. En charge, nous notons un maximum à 2010 MHz pour le GPU, soit la même que celle mesurée sur la MSI Gaming X, malgré un overclocking théoriquement moindre, comme quoi.

 

Par contre, l'augmentation de température conduit à une baisse de 6 bins supplémentaires lors de l’exécution d'une charge 3D lourde, conduisant alors à une baisse sensible de la fréquence. Dans ces conditions, le GPU se stabilise en moyenne à 1922 MHz (mini à 1920 MHz, plus de détails page 17), pour une valeur annoncée à 1785 MHz, soit +7,7%. Côté mémoire, pas de surprise pour la fréquence maximale à 2 GHz, s'agissant ici de la valeur officielle. 

 

Les fréquences de la Gainward GTX 1660 Pegasus [cliquer pour agrandir]

Les fréquences de la Gainward GTX 1660 Pegasus OC

 

C'est tout pour la Gainward GTX 1660 Pegasus OC, passons page suivante aux spécifications.




Les 22 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ragots réservés aux QI élevésouverts aux ragoteurs logués