• Protocole

Afin de remplir ce barebone, nous avons opté pour un kit mémoire de 2x8Go de G-Skill Ripjaws, cadencé à 3000 MHz cas 16, que l'on trouve autour des 130 € dans le commerce. Deux options se sont ensuite offertes à nous pour le processeur. Premier candidat, le Core i7 8700T de 65W, modèle 6c/12t cadencé à 2.4 GHz de base (4 GHz en turbo) est supporté par le DH370, mais il poussera le système de refroidissement au max avec son TDP à la limite de tolérance du barbone. Second choix, le Core i7 9700T. Il s'agit cette fois d'un 8c/8t cadencé à 2 GHz de base et disposant d'un mode turbo faisant grimper la fréquence jusqu'à 4.3 GHz. L'avantage de ce modèle est son TDP de 35W seulement, bien plus doux pour le dissipateur. Le prix de chacun d'eux se situe autour des 350 €. 

 

  intel 8700t gskill ripjaws sodimm

 

• Bruit et températures 

Pour le test de ce modèle, nous commencerons par les mesures environnementales habituelles. La régulation du système de refroidissement étant impossible via notre logiciel habituel, nous effectuons un relevé des nuisances en PWM (repos et charge) puis à 7V, 9V et 12V à l'aide des adaptateurs ULNA et LNA de Noctua. Pour le test de chauffe, nous vous proposons deux mesures. La première est réalisée avec le processeur de 35W, la seconde avec celui de 65W. Nous laissons la régulation faire le travail au niveau des ventilateurs. OCCT sera de la partie pour stresser l'ensemble pendant une heure en mode alimentation. Nous effectuerons un relevé préalable au repos, puis nous relèverons la température maximale obtenue durant le test de stress. Voici ce que nous obtenons :

 

 

Si au repos, et ce malgré les 39 dB relevés, le XPC Slim DH370 reste relativement discret, la situation change rapidement lorsque vous tirer dessus. À 7V, la situation reste encore sous contrôle. Au-delà, nous commençons à entendre franchement les deux ventilateurs de 60 mm s'exprimer. Dès 9V, le sonomètre grimpe à plus 42 dB. Dans ces conditions, l'utilisation reste encore possible sans trop de gêne.

 

La mesure suivante est réalisée avec le processeur de 35W en place et la gestion se fait automatiquement. Les nuisances grimpent alors à plus de 50 dB. Le barebone est largement audible et franchement désagréable. En poussant le TDP à la limite de tolérance du boîtier, avec le processeur de 65W donc, le bruit grimpe encore d'un cran et frôle les 53 dB cette fois. Et comme si cela ne suffisait pas, le DH370 est capable de faire mieux (ou pire...). Une fois le connecteur libéré de ses réducteurs de tension, voilà que les nuisances sonores grimpent à plus de 60 dB. Ils donnent de la voix ces petits ventilateurs.

 

L'intérieur du DH370 au repos [cliquer pour agrandir]Pendant la charge, ça chauffe un peu plus ! [cliquer pour agrandir]

Vues infrarouge lors de la période de charge

 

Niveau souffle, il est dommage de constater que le système de refroidissement n'en ait pas en proportion des nuisances qu'il génère. Avec 65W à dissiper, en cas de forte charge, la température grimpera assez haut. Le delta mesuré est ici de presque 66°C au plus fort de la charge. Au repos, le système de refroidissement se montre bien moins bruyant et reste efficace, gardant la température du 8700T à un niveau correct. Lorsque l'on utilise le processeur de 35W, si l'on ne constate pas du mieux au niveau du bruit généré, les températures, elles, descendent d'un cran. On obtient un delta de moins de 10°C supérieur à la température ambiante au repos avec l'i7 9700T. En charge, nous notons un gain de 11% en température, avec un delta à 59°C, pour un gain de 2 dB seulement sur les nuisances sonores. Le système de refroidissement du DH370 fera le boulot, malgré les températures relevées et le bruit qu'il génère lorsqu'il est fortement sollicité.

 

• Lecture vidéo

Dans cette seconde partie et puisque le DH370 semble tout destiné à cela, nous vous proposons quelques mesures en streaming et lecture vidéo 4K. Les relevés du taux d'occupation du processeur, de l'iGPU et de la mémoire sont réalisés lors de la diffusion d'extrait vidéo et sur les deux processeur que nous avons à disposition.

Pour la lecture 4K (3840x2160), nous avons choisi deux échantillons H.265 avec des débits d'images de 24 fps et 60 fps, qui seront lu via VLC. La vidéo ayant servi pour la mesure en streaming est disponible ici. Nous passons par Chrome, notre navigateur habituel et nous profitons de ces tests pour effectuer un relevé de consommation à la prise, de l'ensemble de la configuration.

 

 

L'iGPU intégré à nos deux processeurs est le même. Il s'agit de l'Intel HD Graphics 630, une puce capable de lire tous les codecs vidéo actuels, ce qui en fait un bon candidat pour un PC multimédia. Avec cet iGPU, vous pouvez d'afficher en UHD sur trois écrans. Cependant, n'espérez pas diffuser trois flux vidéo dans cette résolution simultanément. Quoi qu'il en soit, nous nous orientons vers cette résolution pour notre test. Tous les flux affichés le seront en 3840x2160.

 

Notre échantillon H.265 60 fps sera le moins gourmand en ressource CPU lorsque l'i7 9700T est aux commandes, alors qu'un flux à 24 images par seconde demande un peu plus de ressources processeur. La lecture sur YouTube sera la plus gourmande puisque l'on pointe à plus de 40 % de taux d'occupation ici. Dans cette configuration, la charge sur l'iGPU s'inverse. Plus le processeur est sollicité, moins l'iGPU travaille, sauf pour le flux 4K streamé où les deux bossent un peu plus dur. La quantité de mémoire utilisée se situera entre 20 et 30% lors de nos tests. Du côté de la consommation, nous avons relevé 18,2W au repos avec le processeur de 35W. La configuration aura besoin de moins de 40W dans l'ensemble des cas pour fonctionner dans ces conditions. La médaille revient à la diffusion en 4K 24 fps qui n'a besoin que de 23W au max.

 

Une fois l'i7 8700T en place, on remarque que l'iGPU est mis à contribution de façon plus importante. Si l'on constate une hausse du besoin en ressource CPU (19%), le HD 630 devra gérer la diffusion. Le streaming 4K sera une fois encore le plus gourmand et l'on peut effectivement entendre les ventilateurs du boîtier s'activer lors de la lecture. L'occupation du processeur atteint 32%, tandis que la puce graphique grimpe à 58% de taux d'occupation dans ces conditions. Ici encore, malgré la montée de TDP, la consommation d'énergie n'excède pas les 40W, alors qu'elle n'est que de 18,8W au repos avec le processeur de 65W..

 

• Le mot de la fin

Nous en avons terminé avec le tout petit XPC Slim DH370. Il faut dire que la machine en a sous le coude et permet de monter du gros processeur performant. Dans notre cas, un tel engin pourra servir de PC d'appoint pour la bureautique et le multimédia, permettant de laisser la machine de travail au repos. Si dans l'ensemble nous n'avons pas grand-chose à reprocher au DH370, il y a bien un point qui nous agace ! Il est petit, certes, mais sait se faire entendre. Les deux ventilateurs qu'il embarque donnent de la voix si l'on tire un peu trop sur la mule. Nous avons pu constater qu'un streaming intensif dans les hautes résolutions faisait réagir le système de refroidissement par exemple. Ça n'est pas gênant en soi lorsque l'on utilise un processeur de la gamme T, mais si vous aimez le silence absolu, il faudra composer avec cette variante. L'utilisation d'un CPU standard, de type i7 8700 par exemple, sera possible si vous en avez un qui traine et du moment que vous restez dans la limite des 65W, mais attendez vous à devoir solliciter un peu plus le système de refroidissement.

En ce qui concerne la qualité du produit, là encore rien de particulier n’est à noter. On reste sur un intérieur brute comme le fait toujours Shuttle. Du fait de sa petite taille, le carénage au revêtement noir mat donne une impression de robustesse à l'ensemble. On ne s'amusera pas à rouler dessus pour le confirmer. L'accès dans ce volume restreint reste d'une simplicité enfantine. La seule pièce à démonter pour installer vos éléments sera le dissipateur du processeur. Un assemblage complet prend moins de 15 minutes si vous êtes habitué (il reste des vis à retirer et à remettre en place !).

La connectique ne manque pas sur ce boîtier. Shuttle installe trois sorties pour l'affichage, huit ports USB, deux ports RJ45 1GbE et deux ports Comm. C'est assez complet comme vous pouvez le voir. Par contre un port USB Type-C aurait été le bienvenu. Dans le bundle ensuite on peut trouver un support VESA pour fixer le boîtier derrière un écran. Malheureusement, la marque ne juge pas pertinent de livrer un déport du bouton de mise en marche d'origine. Une solution maison est disponible, mais facturée 16€ (CXP01) sans bouton puisqu'il s'agit uniquement d'un câble. Si vous ne voulez pas bidouiller, assurez-vous d'avoir de l'espace pour accéder à la façade du boîtier.

 

Reste à voir le prix d'un tel engin. Le prix de vente du XPC Slim DH370 avoisine les 280 € auquel il faudra ajouter le prix du processeur, de la mémoire et de votre stockage. Nous l'avons vu un i7 9700T passe et vous pouvez aller jusqu'à l'i7 9900T (8c/16t). La quantité de mémoire peut monter à 32 Go, dans la limite de 16Go par slot, et le stockage est libre avec deux emplacements disponibles. Pour être vraiment complet, il ne manque que l'adaptateur Wifi. À l'issue de notre entrevue, nous ne voyons rien qui puisse nous empêcher de conseiller une telle machine pour qui veut se faire plaisir. Notez tout de même que le choix du processeur est important afin d'éviter une pénible émission de bruit, causé par le système de ventilation. Le XPC Slim DH310 existe si vous n'avez pas besoin de toutes les sorties vidéo et peut être une bonne alternative à 30€ de moins.

 


gskill 40 intel_40.png

Nous remercions naturellement nos partenaires pour la mise à disposition du matériel de test.

 

 



Les 5 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !