Selon certains chercheurs de l'université de Californie, les SSD actuels à base de NAND flash ne seraient pas amenés à rester des composants phares de nos PC pour les décennies à venir, contrairement au disque dur qui a déjà plus de 50 ans pour rappel d'existence !

 

La cause serait tout simplement la réduction des process de gravure de la NAND flash en elle-même, des étapes inéluctables de l'évolution de l'industrie, mais qui ne se font pas sans des impacts négatifs sur la mémoire. Le passage au 25nm en a été un cas flagrant avec des réductions des durées de vie prévues par les fabricants pour leurs puces et des performances en retrait par rapport à la génération précédente. Les premières informations sur la NAND 20nm chez quelques fabricants font d'ailleurs état de cycles d'écriture encore en retrait avant la fin probable des puces mémoire ! L'étude réalisée par l'université américaine a porté sur 45 mémoires flash et mis en évidence une dégradation à la fois des latences, mais aussi des taux d'erreurs, génération après génération. Selon leurs extrapolations, ce sera lors de l'arrivée de la gravure en 6.5nm, estimée vers 2024 que les SSD ne seront tout simplement plus viables en tant que solutions de stockage, quel que soit le type de mémoire choisi, SLC y compris.

 

Une fatalité contre laquelle les fabricants de contrôleurs pour SSD luttent depuis longtemps déjà. On comprend que ce sera même l'un des enjeux les plus importants à l'avenir si les SSD veulent perdurer et repousser l'échéance estimée par l'Université de Californie. (Source : ComputerWorld)

 

ocz_indilinx_everest.jpg  

Sur le comptoir, au même sujet

  
  
  
  
  

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 47 Ragots