Au lancement de Windows 10, la crainte existait : en effet les Windows 8 avaient échaudé une grosse partie des utilisateurs de Windows 7 avec cette idée d'abandonner le menu démarrer. Windows 10 a donc mixé les deux, le menu est revenu mais sous la forme des tuiles de Windows 8, et puis bang ! la dèche : Windows 10 fut découvert comme truffé de mouchards, mais il était stable et plaisant ce qui a noyé l'affaire. Les premières années, les mises à jour semestrielles se passaient bien, mais depuis la 1809 qui fut déployée propre en mars 2019, la machine s'est complètement déréglée. Les MAJ arrivent avec des bugs de plus en plus grossiers, preuve que la méthode sandwich ne fonctionne pas ad vitam eternam. Parallèlement à ça, quand ça marche, c’est réactif et efficace, en tout loin de la mollassonitude d'un Vista même dopé à la RAM.

 

Puis pour inciter les gens, MS rendit la migration vers W10 gratuite. Du coup le monde s'est divisé en deux : ceux qui l'ont fait sciemment et ceux qui ont subi le passage en force de filou de la Raymonde précédé d'un oups innocent. Il y a aussi ceux qui ont acheté une machine déjà équipée W10. Désormais, Yusuf Mehdi, un des boss de Microsoft branche "modern life, search and devices", a tweeté que son OS était installé sur plus de 900 millions de terminaux. C'est colossal et probablement un des plus gros succès modernes de Microsoft. Mais quoi qu'on en dise, les shows loufoques et limite psychotiques de Steve Ballmer manquent, même s'il n'a pas su prendre le virage comme il fallait.

 

 Si certains le voient comme un gros virus avec ses mouchards, force est de constater que W10 fait le taff simplement, et a su éduquer une partie des utilisateurs à une interface plus moderne 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 22 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !