Pour déterminer le sujet de ce sixième Ragotron, nous avons fait voter toute l'équipe et les deux sujets ayant récolté le plus de voix devaient avoir le droit à un second vote. Manque de bol, tout le monde ayant voté pour quelque chose de différent, ça n'a pas été possible et c'est donc le cabinet IPSOS qui a eu le dernier mot. C'est donc le watercooling, ou la dissipation par refroidissement liquide, qui sera le sujet du moment.

 

ragotron de comptoir

 

À l'époque où les puces graphiques (GPU) et centrales (CPU) étaient de grosses gourmandes perdant de l'énergie à tout va, le refroidissement par air montrait rapidement ses limites. Tout le monde n'ayant pas les moyens de s'offrir des litres d'azote liquide tous les mois, c'est le refroidissement liquide qui est venu permettre d'obtenir plus de performances, moyennant quelques bricolages (parfois hasardeux).

En effet, il fut un temps ou pour watercooler son CPU on faisait avec les moyens du bord, c'est-à-dire un radiateur de voiture ou de mobylette, une pompe d'aquarium ou de machine à laver, du tuyau d'arrosage et une bonne dose de skill bricolistique. Quelque temps plus tard, porté par des marques comme Swiftech ou Alphacool, un marché de niche réservé à ceux qui pouvaient se permettre la chose (nécessitant des compétences en tuyauterie de haut vol et de la caillasse) a commencé à émerger.

À l'époque, la recherche de la boucle la plus performante possible était le leitmotiv de celui qui voulait passer son PC sous la flotte. Il fallait faire son choix entre une boucle HPDC (high perte de charge) et LPDC (low perte de charge) en fonction de ses besoins et de son matériel, étudier le moindre paramêtre afin de gratter le moindre degré tout ça à grand renfort de radiateur démesuré comme le Mora (360 x 360 mm), de waterblock comme le Swiftech Apogée ou  de pompes Laing DDC/D5. Puis d'autres marques sont venues proposer des produits de plus en plus aboutis, plus performants et plus simples à mettre en oeuvre, permettant à presque monsieur tout le monde de mettre de l'eau dans son PC. 

 

A l'ancienne ! [cliquer pour agrandir]

 Un client pour le prochain concourt de modding...

 

On est alors arrivé à une grande offre de matériel de watercooling, avec des spécialistes comme EKWB, Phobya ou AquaComputer et même des constructeurs qui ne s'intéressaient qu'aux ventirads qui y sont passés avec de nombreux AIO. Tout le monde y est allé de son petit (ou gros) modèle et du souci de performances on est passé à celui d'offrir des performances avec un bruit minimal. Les premières pompes étaient plus qu'audibles et la ventilation pour équiper un radiateur très différente de cette d'un boîtier. Des arguments qui ont permis de faire évoluer la technologie et de multiplier une nouvelle fois les références, en essayant de toujours plus faire disparaître la peur de la fuite qui pourrait détruire les précieux composants.

 

Reste qu'aujourd'hui, le matos a tendance à moins chauffer que par le passé et le refroidissement par air a repris du poil de la bête, puisque grandement suffisant pour tempérer les ardeurs de composants haut de gamme et capable de se faire oublier à faible charge (les dissipateurs pour GPU ne lançant leurs ventilateurs qu'à partir d'une certaine température ou charge). De la nait une question toute légitime :

 

Est-il toujours utile d'en passer par du watercooling en 2017 ?

 

air vs wc

 

On a d'un côté la mise en avant du gain en performance, et parfois en silence, mais de l'autre une tarification plus haute, des risques de fuite et du matériel qui sait se montrer performant sous dissipation à air. Une balance qui penchera d'un côté ou de l'autre plus par besoin et intérêt de l'utilisateur que par explication pleinement défendable. À la limite, c'est la partie esthétique qui sera le plus facile à mettre en avant en cette période de folie RGB, car un beau boîtier vitré à la configuration bien ficelée et au watercooling travaillé en met toujours plein les mirettes.

 

wc 2Du côté de l'équipe du Comptoir, chacun a son petit avis sur la question en fonction de son expérience. Pour Gui² et Pascal, l'AIO est une bonne solution tant que la pompe est silencieuse et la ventilation maîtrisée, Thomas kiffe aussi son AIO Icekimo de chez ID-Cooling, Thierry pense que pour une config H24 l'air ou l'AIO sont bons, mais que rien ne vaut une boucle DIY pour avoir un PC looké. Thibaut est revenu à l'air cooling après une mésaventure avec un AIO fuyard ayant assassiné une Titan X (Maxwell), Jordan (Cristallix) ne trouve pas d'intérêt particulier à passer au liquide et se contente d'un Megahalem de chez Prolimatech, Gustavo apprécie les performances des AIO mais il est tout de même repassé sur un ventirad pour refroidir son CPU tout en gardant un AIO pour refroidir sa carte graphique en silence, Guillaume est plutôt réticent à l'idée de mettre de l'eau dans son PC et enfin Jordan, ne jure que par le refroidissement liquide, AIO pour les configs bureautiques et grosse boucle DIY pour le reste.

 

Et vous ? Le watercooling est-il déjà dans votre machine ? L'avez-vous essayé ? En avez-vous peur ? Préférez-vous un AIO à une boucle "faite maison" ? Préférez-vous rester sur du bon vieux ventirad qui n'a jamais de fuites ? Attendez-vous l'évolution de chez Kalyos pour une machine réellement silencieuse grâce aux liquides à changement de phase rapide ? Dites-nous tout qu'on sache si IPSOS est si doué que ça !

Sur le comptoir, au même sujet

  
  
  
  
  

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 75 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !

 

Expérience • L'Hyperthreading en jeu : bien ou pas bien ?

Jouer avec l'Hyperthreading, hérésie ou normalité des choses ?   Lorsqu'on parle de jeu, du moins avec les puces Intel, on entend deux sons de cloche. D'un...

 

Test • Drobo 5N

Le NAS accessible   En un peu plus de trois années, nous avons testé quelques systèmes de stockage réseau venant de tous horizons. Du haut de gamme muscl...

 

Le Comptoir du iTech : du hardware et du high-tech pour les Tourangeaux

En début d'année, Le Comptoir a lancé une campagne de recrutement. Le seul à avoir réussi à survivre à la (rude) période de formation se trouve être Jordan ...