Avec l'essor des services de cloud et la demande professionnelle toujours croissante, le domaine des serveurs n'est pas près de se rabougrir. Cependant, les centres de données restent coûteux et leur placement stratégique. En effet, les connexions réseau et électrique se doivent d'être irréprochable pour un fonctionnement optimal des bouzins ; et le prix du terrain le moins cher possible histoire de s'en mettre pleins les fouilles.

 

A ce petit jeu, Microsoft n'y va pas de main morte : par l'intermédiaire de son PDG, Satya Nadella, la firme a annoncé le succès de ses expériences préliminaires consistant à enfermer du matériel dans un pod étanche et regarder sa reproduction sous l'eau. Grâce à la fibre optique, les bouzins auraient une très faible latence, et leur "installation" serait facilitée par l’absence de bâtiment physique à construire, sans compter le refroidissement impeccable dans les profondeurs marines. De source officielle, le dernier pod installé en Écosse contenant un gros rack 36U équipé de vrais serveurs et d'unités factices de même consommation, aurait été manufacturée de A à Z en trois mois seulement.

 

Désolé pour les amateurs d'écologie, mais les unités de calcul déverseront leur chaleur directement dans l'environnement, pour des conséquences encore inconnues. D'un autre côté, leur alimentation sera toujours moindre qu'un bâtiment sur terre qui nécessite du refroidissement plus adapté et de l'éclairage, d'autant plus que des projets pourrait être alimenté par des fermes d'éoliennes côtières. Reste encore à vérifier la fiabilité quotidienne du mécanisme ! (Source : ArsTechnica via NotebookCheck)

 

microsoft coule cdh

 Optimiser les coûts en décentralisant les serveur dans les océans, le futur du watercooling ? 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 27 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !