Aujourd'hui, connaitre au moins un langage de programmation est une bonne chose. L'informatique est partout et pouvoir développer ses propres applications (ou au moins savoir bricoler pour les adapter à ses besoins) est un atout non négligeable. De plus, l'époque du Turbo Pascal est révolue et les différents langages qui existent aujourd'hui permettent de s'intéresser à la chose sans trop risquer d'y perdre des neurones.

 

Le ministre de l'Éducation australien, Christopher Pyne, a donc ajouté codage et programmation au programme du primaire. Dès 5 ans les petits australiens pourront jouer avec du code et à 7 ans, ils commenceront à programmer. Un excellent moyen de rendre cette compétence moins impressionnante, car il faut avouer que c'est la peur des lignes qui donne l'impression d'être face à quelque chose d'excessivement complexe, plus que la difficulté d'appréhender un nouveau langage. Pyne a du nez en plus, il a passé cette loi juste avant de devenir ministre de l'Industrie, de l'Innovation et de la Science, comme ça il est certain de pouvoir bien lancer ses futurs projets dans ce domaine.

 

En France, on vient tout juste d'accepter que l'anglais trouve sa place dans le programme du primaire (et encore, cela dépend pour beaucoup du professeur). Pensez-vous qu'il serait possible et surtout bénéfique que codage et programmation viennent s'ajouter aux devoirs de nos chères têtes blondes ? (source : Startup Smart)

 

young nerd

Jean-Kévin a attaqué COBOL à 3 ans

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 29 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !